Tous les articles classés dans À la une

Pourquoi faut-il courir voir l’exposition Cartier au Grand Palais à Paris ?

Exposition cartier

Certains répondront « pour admirer une rétrospective rare sur l’histoire d’une grande maison française », d’autres diront « pour les diamants » (vous savez, ceux qui sont éternels…) Les deux ont raison.

Lire la suite →

Je cherche … de nouveaux aristocrates !

Aristocrates

J’ai souvent entendu dire que notre époque n’était pas propice aux grands hommes, que l’état actuel des choses favorisait la facilité et donc la mollesse et la bassesse en bannissant tout ce qui est grand, beau et gratuit.

Lire la suite →

Une église aux portes ouvertes

Eglise ouverte

Imaginez que vous marchez dans la rue, obnubilée par vos pensées coutumières. Vous êtes pressée et quelque peu contrariée : vous pensez à toutes ces factures que vous devez payer, à votre salaire qui n’est toujours pas tombé, à la quantité incroyable de choses que vous devez faire les prochaines heures, à votre dossier que la CAF  a perdu et que vous devez recommencer de A à Z…  Bref, rien de très réjouissant. Lire la suite →

Si l’orage gronde, affronte la mer et prends la barre!

Trois mâts Tempête

Je suis la fille des voiliers,
La déesse aux bras dépliés
Faits pour étreindre l’aventure.
La mer a mis sur mes seins nus
Tant de longs baisers inconnus
Que j’ai le goût la saumure.

Haul away Ho, garçons !
L’horizon est à nous, allons !
Si la mort de vos cœurs se joue
Je vous mènerai plus avant,
Toute nue et la gueule au vent,
Moi, la figure de proue.

Qu’il est beau mon trois-mâts carré
Fouillant de son mâle beaupré
L’espace ouvert comme une femme.
Et la mer comme ivre d’amour
Vient me posséder à son tour
De la caresse de ses lames.

Haul away Ho, garçons !
L’horizon est à nous, allons !

Quand sous un ciel incandescent
Le matelot porte en son sang
Le regret des filles lointaines
Il va le long du bout-dehors
Et son regard couvre mon corps
D’une chaude caresse humaine.

Haul away Hô, garçons !
L’horizon est à nous, allons !

Si quelque nuit, rompu d’un grain,
Notre voilier sombre, ô marin,
Il ne faut pas que ton cœur tremble.
Ma chair suivra toujours ta chair
Et dans le lit houleux des mers
Nous irons coucher tous ensemble.

Haul away Hô, garçons !
L’horizon est à nous, allons!
Si la mort de ton cœur se joue
Je te suivrai, mort ou vivant,
Toute nue et gueule en avant,
Moi, la figure de proue.

Chant de la figure de proue

Jolie image :: idée tatouage!

 Idée tatouage #2