Mon divorce… avec mon déo!

Bienfait de la pierre d'Alun

Beaucoup d’entre nous en sont des utilisatrices régulières, et le petit flacon de déo est devenu un habitué de notre trousse de toilette, que nous soyons en cours, au travail ou même en vacances.  Mon histoire : comment j’ai arrêté de mettre du déodorant et pourquoi je sens toujours bon !

Mais voilà, à mon avis, ce petit flacon fait lui aussi partie de l’ensemble des produits de beauté que les marqueteurs ont imposé dans notre quotidien sans que nous nous ayons posée la question de savoir s’il était si indispensable que ça.

Faites un test : demandez à vos grands-mères si elles mettaient du déodorant ! HOLA… ! Vous me direz, mais c’est HORS DE QUESTION pour moi de sentir la transpiration ou d’avoir des auréoles sous mes aisselles !

Voici quelques arguments qui néanmoins vous feront réfléchir à deux fois avant d’utiliser à foison ce poison devenu quotidien. Je peux témoigner, j’ai arrêté de mettre du déodorant. Mon copain ne m’a pas larguée et je me fais encore draguée, donc … apparemment ça passe. Voici mon histoire…

Du déodorant en spray au déodorant à bille

Cela s’est fait petit à petit. Au début, je mettais du déodorant en spray qui avait l’avantage d’apporter une sensation de fraîcheur. Puis, de nombreuses personnes m’ont dit que les déodorants en spray comportaient des risques pour la santé (notamment à cause gaz dégagés) et que je devrais utiliser les déodorants à bille. Alors, hop : je change mes habitudes et je m’achète un déodorant à bille classique.

Du déodorant à billes au déodorant bio

En parcourant les différentes marques de déodorant à bille, j’ai ensuite découvert la différence entre les antiperspirants et les déodorants. Je m’explique : un antiperspirant empêche carrément de transpirer alors que le déodorant ne fait qu’empêcher les mauvaises odeurs.

Après m’être un peu renseignée et en faisant fonctionner un peu mon bon sens, je me rends compte que oui, en effet, ce n’était peut être pas une très bonne idée de rompre de cycle naturel du corps en l’empêchant de transpirer normalement.

  • Rappelons que la transpiration est un système naturel qui permet de réguler la température de votre corps. Je me tourne donc vers les déodorants et non les antiperspirants.

Mais mon voyage n’est pas fini. BOUM ! De nouvelles études tombent et apparemment les sels d’aluminium présents dans les déodorants augmentent les cancers du sein ! Branle-bas de combat, je me mets en quête d’un déodorant sans aluminium. A l’époque, ils n’étaient disponibles qu’en pharmacie ou dans les magasins bio. Un peu plus cher, certes, mais bon… j’ai pas trop trop envie de mourir d’en cancer du sein… MOI !

Du déodorant bio à la pierre d’alun

Puis, petit à petit, je mettais moins de déodorant. Je profitais des vacances, des dimanches à la maison ou de mes séances de sport pour m’en séparer. (Si je dois transpirer, je préfère le faire correctement !) et figurez-vous que je me suis rendue compte que même sans déodorant, je ne transpirais pas tant que ça et je ne sentais pas non plus le chien mouillé.

Et dans ma quête de beauté naturelle, j’ai enfin trouvé ce qui allait devenir mon quotidien, la pierre d’alun.

La pierre d’alun est un minéral qui limite la transpiration et neutralise les odeurs. Elle est très facile d’emploi puisqu’il suffit de l’humidifier un peu avant de la passer sous ses aisselles. Elle ne bloque pas la transpiration et ne laisse pas de traces. De plus, une pierre d’alun, en fonction de sa qualité, peut durer très longtemps ! Certains affirment qu’elle dure environ un an, mais la mienne, cela fait beaucoup plus longtemps que je l’utilise ! Et petit bonus, avec la pierre d’alun, l’odeur de mon parfum ressort sans qu’elle soit mélangée avec une odeur chimique de déodorant.

Alors, je vous l’accorde tout à fait, certaines filles dégagent des odeurs corporelles plus fortes que d’autres. A celles-ci, nous leur conseillons d’acheter leur déodorant en pharmacie ou des déodorants bio ! (Et surtout de ne pas mettre du déodorant après épilation ou rasage, car la barrière cutanée est fragilisée et l’absorption d’aluminium se fait plus facilement !). Alors oui, c’est plus cher, mais faites de cette maxime la vôtre : Quand on veut la santé, on ne compte pas !

Diane Prullé-Rousseau

Pour en savoir plus :

Danger Santé

Everybodygreen

 

 

4 commentaires pour "Mon divorce… avec mon déo!"

  1. PierreDalin dit :

    C’est marrant, vous tombez toutes dans le panneau !

    pierre d’alun, pierre d’ALUN, c’est quoi exactement ? ce ne serait pas de… l’aluminium ?
    Eh bien si !
    Tu as cherché un déo sans sel, tu t’es retrouvée avec le sel sans déo.

    Eh si. Il reste quatre mois avant le retour du printemps… et un instagram de tes aiselles.

    • A dire vrai c’est le chlorure d’aluminium qu’on trouve partout dans les bombes de déodorant du commerce et qui est toxique. Et cette substance est bien plus soluble et perméable aux pores de notre peau que le sulfate double d’aluminium et de potassium que l’on trouve dans la pierre d’alun.
      Concernant les études de Tours et de Poitiers, des docteurs Deloncle et Guillard, il a été observé la présence d’aluminium dans les urines sur 1 cas clinique . Remettre en cause l’utilisation d’une pierre d’alun est donc largement discutable puisqu’on trouve de l’aluminium aussi bien dans les vaccins que dans l’eau du robinet.

      Pour un produit de qualité, privilégier une pierre d’alun constituée de potassium d’alun.

  2. Léna dit :

    Essayez aussi le bicarbonate de soude : ça ne coûte presque rien et enlève TOUTE odeur ! Par contre ça n’empêche pas de transpirer.

  3. nenett59 dit :

    Personnellement, une goutte d’HE bio de Palmarosa et hop tranquille pour la journée !!!! :)

Un truc à dire ?