Les hommes et les femmes ne jouissent pas de la même façon !

Jouissance et shopping

Vous pensez que je vais vous parler de sexe ? Et bien, non. Vous auriez voulu que je vous parle de sexe ? J’espère que les lectrices de Belle et Rebelle ne me feront pas cet affront. Je vais vous parler de quelque chose bien plus intense :

De la jouissance de l’achat.

L’avez-vous déjà éprouvé ce plaisir ? Voir, toucher cette robe qui vous ressemble, qui vous va si bien, vous imaginer la porter, déambuler dans la rue, vos plus belles formes mises en valeur … La présenter à la caisse en ayant la sensation de faire une folie mais en vous disant intérieurement « Pour être belle, on ne compte pas », croiser les doigts lorsque le terminal de paiement électronique affiche PAIEMENT EN COURS, soupirer au PAIEMENT ACCEPTE et repartir votre joli sac sous le bras, un sourire aux lèvres ?

Aujourd’hui, pour beaucoup, c’est ça, JOUIR.

Bonne ou mauvaise nouvelle, ce n’est pas pareil pour les hommes et les femmes. Alors, moi j’attends que les théoristes du genre m’expliquent ce phénomène.

Voici les grandes lignes que nous pouvons tirer d’après une étude du CREDOC (Centre de Recherche pour l’étude et l’Observation des Conditions de vie) publiée en Décembre 2013.

Des préférences masculines et féminines

On ne changera pas de si tôt les habitudes féminines. L’habillement prime toujours pour Mesdames par rapport à Messieurs. Le shopping est considéré comme une forme de loisir alors qu’il n’est qu’utilitaire pour les hommes. Doit-on conclure que l’effet du paraître est plus important pour les filles d’Eve ?

Chez les hommes, les grandes tendances sont toujours une plus grande consommation d’alcool et de tabac et une plus grande dépense dans les transports et les hôtels. Les hommes expérimentent plus volontiers les nouveaux outils de communication et sont plus adeptes des jeux vidéo. Le bricolage dans la maison demeure encore leur affaire. Bref, pas grand chose de nouveau sous le soleil.

Une consommation plus engagée pour les femmes

Ici, l’étude du CREDOC devient particulièrement intéressante. Selon elle, « les femmes contribuent à peser sur la consommation par les priorités qu’elles mettent en avant. Leur niveau d’exigence en matière de garanties est plus élevé, se situe sans doute l’importance donnée aux bien-être, à la protection, à la santé et aux soins corporels parallèlement au fait qu’elles semblent avoir le sentiment – plus que les hommes – que leurs achats n’engagent pas seulement leur personne mais aussi le sort des autres, de la société, de l’environnement. ».

Les femmes auraient donc un sentiment de responsabilité plus développé que les hommes. Elles sont plus sensibles aux critères de fabrication locale, aux labels de qualités et au soutien des causes humanitaires.

Tendances actuelles

Najat devrait être contente. Avant même qu’elle ne nous fasse passer son torchon d’âneries sur l’égalité hommes-femmes et qu’elle nous dicte la répartition des tâches ménagères au sein de notre couple (depuis, chéri a appris à faire la vaisselle et notre vie sexuelle s’en trouve de fait beaucoup plus épanouie). Euh…, je disais : Najat devrait être contente puisque de plus en plus d’hommes participent aux achats dans les ménages en couple. « La part des hommes n’effectuant jamais les courses au sein des ménages diminue de manière constante depuis 1988. » Mais bémol, les courses alimentaires sont encore majoritairement effectuées par les femmes, d’autant plus lorsqu’elles ont des rejetons, parce que soi-disant elles connaissent mieux « les besoins des enfants ».

Retenons de cette étude qu’elle pose la question de la consommation comme outil d’influence et que nous FEMMES pouvons être un élément de pression dans l’offre qui nous est proposée en exigeant chaque jour des produits de meilleure qualité.

Diane Prullé-Rousseau

 

Source : Credoc

2 commentaires pour "Les hommes et les femmes ne jouissent pas de la même façon !"

  1. Leti dit :

    En général, ça me soule de devoir faire du shopping et je le fais surtout quand j’ai besoin d’un truc. D’ailleurs, j’ai JAMAIS ressenti ce que tu appelles la jouissance de l’achat, est-ce que je suis normale ? Ou alors je ne suis pas une fille ?

  2. Girondelle dit :

    Les petites française en voie d’extinction sont rigolotes.
    Esther Vilar – Le sexe polygame Le Droit de l’homme à plusieurs femmes
    http://www.the-savoisien.com/blog/index.php?post/Esther-Vilar-Le-sexe-polygame

Un truc à dire ?