LA CONFISCATION DE LA SANTÉ, ÉTAPE PAR ÉTAPE

Plantes médicinales

Cela a commencé avec la suppression du diplôme d’herboriste pendant la dernière guerre sous le régime de Pétain – aucun gouvernement de gauche ou de droite ne l’a depuis réhabilité. Puis il y a eu l’interdiction de vente publique des plantes médicinales : sur 200 000 plantes répertoriées, il n’en reste plus que ….je crois 35 en phytothérapie !

Puis cela a été le tour de l’homéopathie qui fonctionnait merveilleusement depuis plus d’un siècle (Hahnemann et Korsakov). Les homéopathes compétents ont peu à peu été remplacés par des bricopathes opportunistes formés en trois week-ends, et fonctionnant comme en allopathie (un trouble = un médicament). On a institué pour la partie “organo” des règles stupides de fabrication pour des raisons irréalistes de sécurité sanitaire (chauffage à 90°, puis à 131° alors qu’on sait depuis toujours que le signal homéopathique est détruit à 70°).

Pendant ce temps, on a culturellement occulté les formes homéopathiques les plus efficaces (triturations – gouttes – hautes dilutions). Et comme cela ne suffisait pas, de 4 500 souches de base, on est passé à 1 500, ce qui a fait mollement râler praticiens et consommateurs. Puis l’on a continué par petits coup de sapes itératifs en vue d’atteindre doucement la prochaine étape restrictive : les 50 polychrestes (remèdeS pouvant avoir plusieurs indications). À force, je ne sais même plus où l’on en est actuellement. En clair, le formatage officiel en cours c’est : « L’homéo et les tisanes c’est pour la bobothérapie ».

Mais il restait encore un dernier bastion : les teintures mères (à partir desquelles chacun pourrait en outre fabriquer de l’homéopathie artisanale….). Les teintures mères sont devenues illégales, et le pharmacien, vous laisse simplement tomber sans état d’âme : « Çà ne se fait plus » point barre. Il s’en fout, ses meilleurs revenus, ce sont les génériques, bien qu’il s’en défende.

Il restait encore une échappatoire : Internet. À condition bien sûr d’avoir du discernement pour tomber sur les bonnes adresses. C’est ainsi que l’on peut encore allègrement s’approvisionner en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, au Canada, etc., avec la plupart des produits disparus dans notre beau pays de France…..et tant pis pour ceux qui n’ont pas d’ordi ! Et là, contre toute attente (comme dans les bons thrillers), voilà que la partie se corse un peu plus.

Pour vendre sur Internet, des milliers de sites dans le monde emploient le système Paypal. Mais en septembre dernier, on m’apprend que la société Future Health s’est vue interdire sur le champ par Paypal la vente d’un de ses produits phares, le MMS. Un mois après c’est au tour du DMSO. C’est simple, si vous achetez, Paypal n’enregistre pas votre paiement. Je ne vois pas pourquoi cela ne toucherait que la société Future Health et j’imagine que cela va continuer sur tous les bons remèdes qui dérangent l’industrie pharmaceutique.

Alors c’est foutu ?

Non mes amis, pas encore ! Car il se pointe une aubaine inattendue. Vous savez que la nouvelle guerre froide USA – Russie bat son plein, et qu’à titre de « punition », la France et l’Europe appliquent un embargo envers la Russie. Qu’à cela ne tienne, la Russie a créé un axe commercial intense avec la Chine compensant aisément les importations du bloc atlantiste. Big brother joue alors sa dernière chance : bloquer sur la Russie toutes les cartes de paiement classiques (Master card,Visa, etc.) afin de figer toutes les transactions commerciales russes.

Mais Poutine a affilié la Russie à la nouvelle carte chinoise complètement indépendante du carcan américain : elle s’appelle China Union Pay. Cette carte est déjà fonctionnelle pour les paiements et retraits dans 140 pays dont la France (Crédit Agricolen Banque Populaire, Crédit Lyonnais, Caisse d’épargne). Mille commerçants français affiliés l’acceptent des touristes étrangers. Hélas, pour l’instant, je n’ai pas connaissance de banques françaises qui proposent cette carte de paiement alors qu’elle est actuellement délivrée par une trentaine de pays à l’étranger. Il convient donc pour chacun d’effectuer des recherches pour savoir comment l’obtenir. Car instruit par l’histoire de la médecine alternative de ces cinquante dernières années, je suppose que l’accès aux meilleurs traitements des maladies lourdes et l’opportunité d’échapper aux protocoles de poisons chimiques, vont devoir passer obligatoirement par ce nouveau mode de paiement.

Michel Dogna

Source: Alternative Santé

Un truc à dire ?