Je cherche … de nouveaux aristocrates !

Aristocrates

J’ai souvent entendu dire que notre époque n’était pas propice aux grands hommes, que l’état actuel des choses favorisait la facilité et donc la mollesse et la bassesse en bannissant tout ce qui est grand, beau et gratuit.

Dans un monde qui transforme tout ce qui est lâche en quelque chose de  « stratégique », où regarder pour trouver les signes d’un acte héroïque ?

Je pense que notre époque à ses grands hommes, mais elle les cache et les marginalise.  Notre temps ne leur convient pas et ils s’y adaptent bien mal. Et tant mieux ! Aujourd’hui tout acte désintéressé est incompris quand il n’est pas considéré comme stupide.

Alors qui sont ces nouveaux aristocrates aujourd’hui ? Définis par Alain de Benoist comme un état d’esprit, illustrés par Michel de Saint Pierre dans le livre du même nom, que pouvons-nous en dire ?

L’aristocrate n’est pas le marginal d’un autre temps ressassant de vieilles querelles royalistes.

L’aristocrate n’est pas le catholique aveugle qui subit sa vie, sous prétexte qu’elle n’est qu’un passage vers l’éternel.

L’aristocrate n’est pas celui qui limite sa vie à un entourage social clos et à une succession de mondanités.

Les nouveaux aristocrates sont les nouveaux conquérants, ceux qui partent à la rencontre du peuple pour leur fournir de nouveaux exemples.

Ce sont ceux qui fournissent des idées nouvelles, qui donnent du temps à la communauté avant de leur donner de l’argent.

Ils savent ce qu’est la beauté et ils la cherchent tous les jours.Et ce sont des révoltés parce qu’ils refusent de fermer les yeux.

Nos nouveaux aristocrates seront libres, modernes, et supérieurs !

 Diane Prullé Rousseau

2 commentaires pour "Je cherche … de nouveaux aristocrates !"

  1. damien dit :

    Ah ben si en plus vous les cherchez avec ce genre de “belle gueule”…
    :-)

  2. Bruno dit :

    D’un air trop engagé, il se ravisa. Si il avait pu être cette instant, il aurait ordonné à ce moment là que l’échelle soit inversé, que les proportions soient respectées, limitant l’influence d’une dimension par un meilleur support. Respectant la volonté de son créateur, il portera toujours son regard sans un mot, limitant ainsi sa représentation, qui au regard de la situation lui reporte inexorablement la marque de la sympathique bienveillance comme pour le comble de son pouvoir, cherchant…

    Bises ;-)

Un truc à dire ?