Une église aux portes ouvertes

Eglise ouverte

Imaginez que vous marchez dans la rue, obnubilée par vos pensées coutumières. Vous êtes pressée et quelque peu contrariée : vous pensez à toutes ces factures que vous devez payer, à votre salaire qui n’est toujours pas tombé, à la quantité incroyable de choses que vous devez faire les prochaines heures, à votre dossier que la CAF  a perdu et que vous devez recommencer de A à Z…  Bref, rien de très réjouissant.

Et là, tout à coup, comme par enchantement, votre regard tombe sur cette église magestueuse à droite. L’entrée est surmontée d’une fresque dorée qui peut faire penser aux icônes orthodoxes, aux traits simples mais si beaux. Une seconde votre esprit s’échappe de votre routine quotidienne, et vous admirez. Vous promenez vos yeux sur cette simple image, puis votre regard descend et là vous remarquez : la porte est ouverte. Grande ouverte.

C’est rare, une église aux portes ouvertes. Et c’est bien dommage. Car une porte ouverte, qu’est-ce, sinon une invitation ? C’est chaleureux, c’est beau, vous savez qu’une maison à la porte ouverte vous accueillera.Alors vous hésitez un instant, vous vous arrachez à votre train train épuisant et ennuyeux, et vous décidez de répondre à cette invitation.

En passant le seuil, vous sentez bien que vous pénétrez dans un autre monde. Ce lieu est baigné tout entier d’une atmosphère particulière. Qu’il soit totalement silencieux, ou que l’on entende au loin la voix des moines psalmodiant du grégorien, le recueillement qui habite l’église vous gagne. Qu’elle soit dans la pénombre, uniquement éclairée de la lumière des bougies, ou lumineuse et grandiose grâce aux nombreux vitraux qui l’habillent, le mystère vous atteint.

Tout ici vous apaise. La pierre y est nue et pure, les lignes épurées, et les voûtes s’élèvent grandioses vers le ciel, et emmènent vos yeux avec elles.

Vous pouvez alors prier. Pas de ces prières récitées à la va-vite et dont on ne comprend pas le sens. Vous pouvez simplement vous entretenir avec Dieu, lui parler, comme à un ami qui vous accueille chez lui. Ou tout simplement écouter le chant des moines, admirer la blancheur de la pierre ou les couleurs des vitraux, et faire silence en vous-mêmes, loin des murmures assourdissants de la ville. Après tout pas besoin de mots lorsque l’on est dans ce lieu, il suffit d’être là et de se taire.

Il y a quelques temps sur Belle et Rebelle, sortait un article s’intitulant Ode pour une fuite en avant. “Au lieu de hurler avec les loups en cage, il est préférable de s’évader régulièrement de cet enfer. Cultiver une systématique de l’évasion à un rythme défini comme vital ; un peu c’est mieux que rien.” disait notamment l’article. Et je pense que les églises, c’est un peu cette bouffée d’air offerte dans nos villes hurlantes et avilissantes, c’est une petite échappée offerte par le ciel et à portée de main, un temple de liberté.

Et si vous n’êtes pas chrétienne, tant pis ! A-t-on forcément besoin de croire en Dieu pour aimer le silence paisible de ce temple sacré, pour taire en nous les bruits venus d’ailleurs, et se recueillir simplement ? Ce serait dommage de se priver de ce lieu sacré : la maison de Dieu est ouverte à tous.

Dans une église, surtout lorsqu’elle est belle et silencieuse, plus rien ne vous empêche de vous entretenir avec votre conscience, plus rien ne vous distrait, ne vous aveugle. Vous n’avez plus le droit de vous voiler la face, de vous laisser emporter par des pensées artificielles. Lorsque vous êtes dans une église, tout ce qui semble faire votre quotidien s’est envolé. Qu’importe votre tenue, votre métier, votre porte-monnaie et vos préoccupations matérielles ; tout ceci est balayé et ne demeure plus que l’essentiel : votre âme face à Dieu, votre âme face à l’éternité.

Les églises, ce sont ces écrins merveilleux dans nos villes, si souvent oubliées, ces temples qui nous emmènent ailleurs, si loin, au plus profond de notre âme.

Alors qu’attendons-nous ? Arrachons-nous de temps à autre au va-et-vient de notre vie, marquons une pause dans cette course abrutissante, et prenons le temps de pousser la porte de nos églises !

Marie Vermande

2 commentaires pour "Une église aux portes ouvertes"

  1. nanou dit :

    Excellent, que dire de plus ? peut-être souligner cette odeur spéciale d’encens qui se dégage des églises et que j’apprécie tout particulièrement. Sinon tout y est pour être apaisé.

Trackbacks pour cet article

  1. Une église aux portes ouvertes, par Marie Vermande | :: Novopress.info - arme de réinformation massive:: Novopress.info – arme de réinformation massive

Un truc à dire ?