Mamans belles et rebelles : à vos cartables !

Kermesse de l'école

La rentrée vient de se dérouler avec en arrière plan, un goût amer des lois Peillon et Taubira. Vous vous êtes mobilisées, vous n’avez rien lâché mais vos enfants sont pourtant scolarisés dans l’école de la République… Vous êtes une jeune maman dynamique et engagée mais entre les horaires de la nourrice, la varicelle du petit dernier, la tyrannique pointeuse du boulot, les manifs houleuses ce n’est plus vraiment votre truc. Pas question pour autant de se laisser engloutir dans la mortelle langueur d’une vie bourgeoise et bien rangée… Faites du métapo !

Et quoi de mieux que l’école de vos enfants pour y développer vos penchants gramsciens ? Allez-y sans scrupules, nos adversaires n’ont pas ces états d’âme et puis nous, c’est pour le bien de nos enfants, non par idéologie !

Ne vous faites pas de bile, cela est d’autant plus facile que la plupart des mamans (et papas) de l’école sont à la ramasse sur les questions d’ordre culturel !

Pour cela, une porte d’entrée essentielle : Investissez vous dans les associations de parents d’élèves ! Cela tombe bien, l’équipe du bureau doit prochainement être renouvelée… Vous n’y connaissez rien ? Ce n’est pas grave, les sujets abordés sont souvent dérisoires : Quelle couleur choisir pour repeindre le couloir des maternelles ? Et si on achetait des pots de fleurs colorés pour égayer la cour ? Bla-bla-bli, bla-bla-bla…

Impossible de refaire le programme scolaire? Il y a d’autres moyens!

Bon, les parents n’ont pas la main sur la pédagogie, les programmes ou le choix des manuels scolaires,  donc vous n’y pourrez rien si nos chères têtes blondes n’apprennent plus à l’école le verbe écrire à l’imparfait du subjonctif ou qui est Charles Martel… Et pourtant je dois dire que mes enfants sont particulièrement privilégiés en fréquentant une petite école libre d’une grande ville de l’Ouest de la France…

Rassurez-vous, il y a d’autres sujets importants à aborder en réunion de parents d’élèves, comme par exemple la cantine scolaire. Que mangent nos enfants ? Est-ce une restauration de collectivité ou est-elle préparée sur place ? L’école de mes enfants bénéficie de cette dernière, ce qui permet de contrôler la qualité sur les produits proposés. En tant que parents d’élèves, vous avez la possibilité de vous rendre dans le self et d’y déjeuner. J’ai immédiatement pris les rênes de cette commission voyant poindre les mécontentements des parents face à un directeur qui souhaite «répondre à la demande de « tous». Car oui répondre à la demande de tous c’est se plier à la minorité car au final les autres peuvent manger de tout…
Nous avons aussi fait le choix de développer une cuisine faite de produits locaux et avec des commerces de proximité : le pain provient de la boulangerie voisine de l’école !

Ces questions font en principe l’unanimité.  Dans les écoles publiques, la promotion du bio et du localisme sauront invariablement susciter l’adhésion de parents bobos et des groupies de Cécile Duflot, qui n’ont par ailleurs aucun point commun avec vous ! 

De la fantaisie que diable!

Et puis au sein des associations de parents d’élèves, soyez inventives, montrez que vous êtes dignes de ce webzine : soyez imaginatives ! Pourquoi pas une commission conférences dans laquelle vous feriez venir un  responsable d’une association pour laquelle votre école pourrait s’investir : plutôt que la récurrente soirée bol de riz pour ceux de Lampedusa, privilégiez les nôtres avant les autres !
Ainsi en 2010, Solidarité Kosovo et son président sont venus présenter leurs actions en faveur des minorités serbes du Kosovo. Succès garanti ! L’année suivante, une Madame La Chouette captivante est venue présenter son livre Une bibliothèque idéale, Que lire de 5 à 11 ans?. Puis, est venu un  écrivain jeunesse d’une gentillesse exceptionnelle, que ma cadette adore. Il racontera à vos enfants des histoires de chevaliers des temps modernes ou de barmanou, et vous le croirez forcément ! Et pourquoi ne pas inviter deux belles et rebelles qui ont fait le tour d’Europe et à qui j’ai promis une invitation dès la parution de leur livre !

Quelques démarches téléphoniques et informatiques sont évidemment nécessaires, vous n’avez rien sans rien, c’est ça le drame ! Pensez à mettre dans le circuit les libraires de votre ville qui pourront peut-être  prendre en charge le billet de train de votre invité contre une séance de dédicaces dans leur boutique. Vous pouvez aussi lever une collecte de fonds à la fin de la conférence auprès des auditeurs.

D’autres commissions participent à la vie de votre école : Y a-t-il une bibliothèque en place au sein de l’établissement? Proposez un créneau dans la semaine pour venir lire un beau conte aux enfants ou participez au choix des livres ! Et pourquoi pas faire venir des artisans qui éveilleront l’imaginaire de vos enfants : un tailleur de pierres, un sculpteur sur bois, un taxidermiste…

Et de l’extravagance, de la créativité, de l’inspiration!

Et comme la saison approche, il y a aussi les incontournables marchés de Noël. Vous êtes une belle femme européenne, vous débordez d’idées mais vous n’avez pas des doigts de fées ? Ce n’est pas grave, vous trouverez une ou deux copines plus bricoleuses qui vous aideront à mettre au point votre projet. Mettez l’accent sur une décoration enracinée. Un marché de Noël se conçoit dans l’ambiance d’une belle fête  traditionnelle : organisez par exemple un ramassage de branches de saules pleureurs avec des parents et enfants de l’école avec lesquels vous réaliserez des couronnes d’Avent, décorez les de branches de sapin, de houx, de pommes de pin, de lierres, de rubans, de rondelles d’orange séchées, etc. Si vous avez l’âme d’une artiste et êtes une timbrée de la couture, une enfileuse compulsive de perles, une maboule de terre cuite ou une piquée de la citrouille décorée (si, si, j’en connais une !), en somme, une allumée en tout genre, lancez-vous, vos stands n’en seront que plus extraordinaires !
Militez aussi pour le retour du sapin de Noël dans vos écoles ! Prenez contact avec un arboriculteur qui acceptera de vous faire un prix intéressant sur l’achat d’un stock de sapins que vous aurez préalablement fait réserver aux parents de l’école en les faisant souscrire à l’opération.

Bref, tout est possible à imaginer et à pérenniser et ce, même si vous exercez une activité professionnelle et avez une famille dite « nombreuse » (je me classe (ooooh!) très modestement dans les deux catégories). L’objectif est simple : transmettre à travers tous ces ateliers proposés dans les associations de parents d’élèves des valeurs traditionnelles, européennes et culturelles (le calendrier des fêtes que l’on puisse les nommer ou pas selon le type d’école fréquentée vous aidera dans les démarches). Vous serez gratifiées d’encouragement par votre entourage et vos enfants seront remplis de bonheur de voir votre investissement. Vous leur transmettez le goût de l’effort.
La facilité n’est pas dans mon sang, les défis me portent et me remplissent de joie lorsqu’ils sont aboutis.

Alors ? Si dans les yeux de vos enfants vous êtes belle (pas que), vous montrerez vous rebelle dans vos engagements scolaires cette année ?

Ostara ISARN

2 commentaires pour "Mamans belles et rebelles : à vos cartables !"

  1. nanou dit :

    EXCELLENT !!!!

  2. Arwen dit :

    Bel article en tout cas. Pour ma part, j’ai la chance de ne pas rencontrer ces problèmes dans l’école de mes enfants. Mais il y en a d’autres quand même, rassurez-vous!

Un truc à dire ?