Deux petits pas sur le sable mouillé

Deux petits pas sur le sable mouillé

“Concevoir l’intégralité d’une vie entière à deux, c’est au-delà de nos capacités. Cela revient à se représenter en une fois toute la quantité de nourriture que l’on va ingurgiter au cours de notre existence. Ca écoeure à l’avance. Oui, il y a de quoi avoir l’appétit coupé pour le restant de sa vie. Alors que si on se contente de manger chaque jour ce dont on a envie ou besoin, sans penser aux repas du lendemain et à ceux d’après ça paraît envisageable. Et pourtant, à la fin de la vie, on aura bel et bien mangé tout ce monticule de nourriture.”

Un truc à dire ?