Complexité de la femme dite « moderne »

Femme Moderne

Elles se disent égales aux hommes.

Mais elles veulent être mises sur un piédestal comme des princesses.

Elles se disent libérées.

Mais leur seule liberté est celle de subir le dictat du patronat actuel comme les autres.

Elles se disent épanouies.

Mais sont obnubilées par leur apparence.

Elles se disent modernes.

Mais la modernité a fait d’elles des femmes-objets.

Elles ne veulent subir aucun écart dû à leur sexe.

Mais ne cessent de le revendiquer.

Elles se disent rebelles.

Mais n’ont jamais connu l’odeur de la poudre.

Elles se disent dénigrées par l’histoire.

Mais ne connaissent rien de Jeanne d’Arc, Catherine Ségurane, Isabelle la Catholique, ou encore Sainte Geneviève.

Elles proclament reprendre leurs droits.

Mais n’ont jamais autant perdu qu’aujourd’hui.

Elles voudraient des princes charmants.

Mais les princes charmants ne sont pas dans  People,  Gala ou Voici.

Elles voudraient que l’on cesse de les juger sur leur physique.

Mais leurs critères de « sélection » ne se font pas autrement.

Elles voudraient plus de pouvoir dans la société.

Mais c’est déjà elles qui l’ont, ce pouvoir de donner la vie ou non.

Elles souhaitent des hommes encore et encore plus sensibles, plus attentionnés.

Mais ce ne seront plus des hommes.

Elle ne fait plus de distinction entre « féminine » et « féministe ».

Mais l’homme la fera toujours, lui!

Elle est devenue « moderne ».

Elles est devenue malheureuse, dépressive, anorexique, angoissée, surfaite/ refaite, et le pouvoir de la femme s’est réveillé chez l’homme : il a suivit le même chemin.

G de L

2 commentaires pour "Complexité de la femme dite « moderne »"

  1. François dit :

    C’est dit ! Quel bonheur cela doit être de chérir une beauté réactionnaire,elles sont hélas très rare.Bonne continuation .

Un truc à dire ?