Vu sur le net :: Pilule contraceptive, cancer, On ne vous a rien dit…?

Pilule? ou pas!

LA PILULE CONTRACEPTIVE EST CANCÉRIGÈNE. ON NE VOUS L’A PAS DIT ? Il y a quelques semaines, on était en pleine panique au ministère de la Santé. Déremboursement des pilules de 3ème et 4ème génération, interdiction de prescrire ce contraceptif hormonal pour les généralistes (belle offense au passage) et dans la foulée, une affaire dans l’affaire avec le retrait de l’anti-acnéique Diane 35 (Bayer toujours), nouvel exemple après le Médiator de détournement de prescription (25 ans de laisser-faire des autorités de santé !)…

Et depuis ? Plus rien…

Depuis, les soi-disant « minipilules » inoffensives de 2ème génération continuent à être prescrites comme si de rien n’était, ou presque. Y compris des pilules préhistoriques ou de 1ère génération comme Minidril qui va fêter ses 40 ans, Adepal ou Triella, autant de poisons que l’on aurait dû jeter à la poubelle depuis bien longtemps !

Depuis aussi, on continue à donner des pilules avant-gardistes genre Cerazette, la pilule la plus prescrite par les gynécologues, bourrée de progestatifs de 3ème génération (désogestrel) aux effets mal évalués.

33 ans d’alertes sur les dangers des hormones de synthèse…

En 1980, le Dr Dominique Chatain, gynécologue, alertait l’opinion dans un livre intitulé « Danger Pilule ». Un ouvrage nourri de faits et chiffres qui pointait déjà les effets secondaires et les risques d’accidents cardio-vasculaires, d’hypertension, de chute de libido, de chute des cheveux, de prise de poids, de cancers.

En 1983, Barbara Seaman, une grande journaliste américaine, signait « Dossier Hormones » avec le médecin et pharmacologue Gideon Seaman. Ils y expliquaient très clairement pourquoi il ne fallait surtout pas prendre d’hormones et comment faire autrement. « Toute femme qui prend ces traitements vit dans un état biochimique altéré », disaient-ils à propos de ce qu’ils qualifiaient de « pilule du cancer ».

En 1988, le Dr Ellen Grant, qui fut pourtant en Angleterre une fervente apôtre de la pilule (elle a participé aux premiers essais), publiait « Amère Pilule ».

Dans cet ouvrage fort documenté, le Pr Lucien Israël écrivait en préface : “Ce livre souligne les dangers réels de la pilule, et montre, indirectement, que le bouleversement des équilibres naturels comporte toujours obligatoirement un prix à payer… En fait, s’agissant d’autres domaines de la médecine, il est vraisemblable que les produits entraînant de telles conséquences n’auraient jamais reçu l’autorisation de mise sur le marché…”.

En 2001, le Pr Henri Joyeux, cancérologue, publiait « Femmes, si vous saviez ! », un livre plusieurs fois réédité dans lequel il dénonce autant les dangers de la contraception chimique que de la THS. « C’est bonnet blanc et blanc bonnet » écrit-il à propos de ces traitements dont il explique les effets cancérigènes et thrombo-emboliques. 

Dans ce livre, on peut noter cette phrase terrible du Dr Pierre Simon, co-fondateur du Planning Familial : « Si j’étais femme, sachant ce que je sais de la physiologie féminine, vous me paieriez cher pour me faire avaler la pilule ! ».

La pilule est un cancérigène certain. Mais qui le sait ?

Et depuis ?

Des études ont été publiées (dont une dizaine sur les risques thrombo-emboliques véneux des 3ème et 4ème générations entre 2005 et 2012), des débats initiés mais sans succès. Alors retenons seulement deux faits, incontournables, têtus :

  • En 2005, le CIRC (Centre international de recherches contre le cancer) a classé les contraceptifs oraux oestro-progestatifs comme substances cancérigènes de catégorie 1. L’information a été publiée en plein mois d’août, elle est passée inaperçue chez les journalistes et la Ligue contre le Cancer, malgré ses millions d’euros de budget de communication n’en a pas fait la publicité… Catégorie 1 = cancérogène certain. La pilule est donc au cancer du sein ce que l’amiante est au cancer de la plèvre.
  • En septembre 2011, l’Afssaps (rebaptisé depuis ANSM) a officiellement publié une alerte sur les risques de thrombo-embolies… Un communiqué pondu 6 ans après la publication d’une étude sans équivoque dans The Lancet !

Vous aurez pourtant remarqué comme moi que dans la cacophonie de ce début d’année, personne n’a évoqué le risque de cancers hormono-dépendants de la pilule oestro-progestative.

Pas un mot sur un possible lien avec les 70 000 nouveaux cas de cancers du sein enregistrés en France l’année dernière (une française sur huit est maintenant concernée).

Une épidémie telle que si l’on parvenait à l’éradiquer, me confiait dernièrement un grand cancérologue,c’est la moitié des centres anti-cancer qu’il faudrait fermer… Pas un mot sur le cancer de l’utérus, pas un mot sur tout autre risque que celui des thrombo-embolies d’ailleurs.

La plilule est un perturbateur endocrinien

La pilule n’est rien d’autre qu’un perturbateur endocrinien récemment recensée comme telle par l’ANSES au même titre que les phtalates ou le bisphénol A.

Qu’est-ce en effet que la pilule féminine ? C’est l’association de l’hormone masculine (la testostérone) modifiée, le norstéroïde, et de l’éthinyl-oestradiol, qui est l’hormone féminine modifiée (oestradiol). L’objectif de cette association contre-nature : inhiber l’ovulation.

Et, comme si l’ovulation était une maladie, on parle de « traitements »… Ceux-ci déséquilibrent la femme dans son être le plus intime : ses cycles, qui suivent peu ou prou ceux de la lune, et son horloge interne.

Les conseils d’une (sage) femme

Les gynécologues sont maintenant harcelés de questions (tant mieux) et les femmes s’inquiètent (à juste titre). Si vous paniquez, je vous recommande de suivre les conseils du Dr Bérangère Arnal, gynécologue aguerrie et spécialiste de la prévention du cancer du sein.

La première recommandation de Bérangère Arnal est la suivante : Si vous voulez prendre la pilule, prenez-la le moins longtemps possible et aux plus petites doses !

Bérangère Arnal explique aussi qu’il existe des solutions bien plus sûres que les pilules de 3ème et 4ème génération et elle en évoque de nombreuses. Tout en prenant soin à chaque fois de souligner les points faibles et les traitements alternatifs et complémentaires (TAC) nécessaires.

Ce sont par exemple :

Les pilules de 2ème génération peu dosées en éthinyl-oestradiol. Ça existe (Leeloo ou Lovavulo par exemple) !

Les pilules de 5ème génération composées d’hormones bio-identiques, dites semi-naturelles, c’est-à-dire très proches des hormones ovariennes (la pilule Zoélie notamment et Qlaira dans une moindre mesure). Qui en parle ? Même les gynécologues ignorent parfois qu’il existe une 5ème génération !

Les contraceptifs à 17 bêta oestradiol par voie percutanée (patch ou gel) ou à progestérone micronisée (préférer la voie vaginale à la voie orale).

L’anneau vaginal Nuvaring. Sûr et efficace.

Le stérilet  au cuivre non hormonal, notamment la version « short » pour les jeunes filles. Excellent rapport qualité/prix ! Coût : 35 euros remboursés par la Sécurité sociale. Pas rentable pour les labos…

La méthode Essure après 40 ans, âge à partir duquel tous les spécialistes indépendants vous diront qu’il est insensé de prendre la pilule. Anodine, confort assuré.

Le préservatif masculin : pour les femmes qui n’ont pas de rapports réguliers ou pour les jeunes filles (qui se protègent en même temps des MST). Sûr à 90%.

La vasectomie… Autre tabou !

Enfin, et c’est important : avoir des enfants est l’un des meilleurs moyens de se protéger des effets néfastes de la pilule, notamment des cancers.

Des compléments alimentaires indispensables

Dans la plupart des cas, la prise de pilule oestro-progestative, vous dira Bérangère Arnal, nécessite une complémentation en oligoéléments et vitamines compte tenu des carences et dérèglements qu’elle entraîne :
 -    vitamines E, C, B2, B6, B9, B12.
 -    Magnésium, zinc, chrome, sélénium
 -    Levure de bière…

Mais votre gynéco vous en a-t-elle (il) touché un mot ?…

Les contraceptifs à éviter à tout prix

Les pilules de 1ère et 2ème générations, trop dosées en oestroègnes (Minidril, Adepal, Triella, Trinordiol…).

Les pilules de 3ème et 4ème génération, en particulier celles du groupe Bayer : Meliane qui a provoqué le scandale, mais aussi Yasmin et Yaz, pour lesquelles le groupe allemand a essuyé une tempête l’été dernier au Canada et aux USA et a du verser 400 millions de dollars aux seules plaignantes américaines…

Le patch quand il est trop dosé (Evra notamment)

L’implant (contient un progestatif qui n’a pas été testé et provoque des saignements chez 40% des femmes, qui finissent par le retirer).

Les stérilets hormonaux.

Et les effets collatéraux, qui en parle ?

Des millions de femmes utilisent chaque jour la pilule : il en résulte une pollution chimique – via les urines et les eaux usées – de l’eau du robinet mais aussi des terres, des rivières… En l’occurrence, les molécules oestrogéniques ont envahi la nature, ce qui explique que certaines espèces se féminisent comme les poissons… et les hommes. Et ce n’est que l’une des conséquences possibles…

Cet impact environnemental colossal laisse penser qu’il faudra bien un jour concevoir des contraceptifs non chimiques, voire de se passer des hormones tout court.

Un tabou qu’il faudra bien lever

Mais la pilule c’est tabou. Pour un journaliste comme moi, c’est une affaire à se casser les dents : comment remettre en cause cette victoire de la femme sur sa sexualité ? Comment ne pas essuyer les foudres des féministes ? 

La pilule, c’est la liberté sexuelle et un grand bien face au risque d’IVG.

Mais quel asservissement chimique aussi pour les femmes (qui en plus y perdent sans le savoir une partie de leur libido) ? Et quelle injustice vis-à-vis de leurs compagnons qui continuent à se la couler douce ?

Il faudra en finir avec « La pilule pour toutes », cette exception française. Si on considère l’utilisation globale de moyens contraceptifs dits modernes et réversibles que sont la pilule et le stérilet (cuivre et hormonal), elle est d’un peu plus de 38% en Allemagne et d’environ 60% en France !

Qui aura le courage de dire tout ça ?

Vous n’êtes pas obligés de me croire (je ne suis que journaliste), mais le ver est dans le fruit et l’on ne pourra faire l’économie de l’éliminer. C’est non seulement de la santé féminine qu’il en va mais bien plus, d’un véritable enjeu de société.

Quel médecin, quel lanceur d’alerte, quel grand ponte, aura le courage de le dévoiler au grand jour et la force de se faire entendre des journalistes ?

Prenez soin de vous

Source : Alternative santé

2 commentaires pour "Vu sur le net :: Pilule contraceptive, cancer, On ne vous a rien dit…?"

  1. Jeanne dit :

    Cela dit méfiez vous aussi de Nuvaring : http://www.meamedica.fr/contraception-autre/nuvaring

    Je me suis tapée des douleurs dans la poitrine (comme des sortes de flashs très bizarres), dans les seins (toujours à un point précis), fatigue, prise de poids, perte de cheveux et libido en berne.

    Depuis que j’ai arrêté j’ai une pêche d’enfer et je peux reporter tous mes anciens vêtement (sans aucun changement dans mes activitées sportives ou dans mon alimentation)!

  2. PE Hélène dit :

    Je viens de lire cet exposé et je voudrai savoir s’ il y a un moyen de perdre le poids du au dérèglement hormonal provoqué par la pilule MINIDRIL prise 3 ans après 2ans de TRIELLA de 17 à 22 ans environ pour ma fille âgée de 40 ans. Le sur-poids étant uniquement aux hanches, il est bien du à un problème hormonal. Elle est petite et était très menue jusqu’à la prise de ces 2 pilules. Elle a ensuite changé totalement de moyen contraceptif sans arriver à perdre ce poids malgré une alimentation équilibrée. A l’époque (90-2000) plusieurs de mes collègues ont eu le même problème avec leurs filles. Si quelqu’un a une solution, je vous en remercie.

Un truc à dire ?