Rencontre avec Anne Bernet :: Auteur de “Madame Elisabeth, soeur du roi Louis XVI, celle qui aurait dû être roi”

Samedi 20 Avril 2013 à 18 h, au Château Picque Caillou à Mérignac.
Vente et dédicace des ouvrages de l’auteur, Buffet campagnard à l’issue de la conférence.
Participation aux frais pour le buffet de 10 € demandée.
Réponse souhaitée avant le lundi 15 avril à lesrencontresdepicquecaillou@gmail.com

Madame Élisabeth, soeur cadette de Louis XVI, meurt à trente ans sur l’échafaud le 10 mai 1794. Dans ce portrait absolument neuf, elle apparaît plus résolue et déterminée que son frère dans le tumulte de la Révolution – preuve qu’elle était dotée d’un véritable sens politique.

Très jolie, remarquablement intelligente, mathématicienne de haut niveau, dotée d’un caractère affirmé, Élisabeth, après l’échec de plusieurs projets de mariage, décide de vivre à sa guise parmi un cercle choisi partageant son goût de la retraite et de l’action caritative, sans pour autant, comme on l’affirmera, nourrir une vocation religieuse contrariée. Critique muette des manières de la reine, ce choix l’isole au sein de la Cour, et même de la famille royale. Lorsque la Révolution éclate, elle choisit pourtant de rester près de Louis XVI, qu’elle juge trop faible. Elle est aussi sans illusion sur sa propre influence, contrecarrée par la jalousie de Marie-Antoinette.

Au cœur d’un réseau de renseignement contre-révolutionnaire, elle essaie d’empêcher la catastrophe. Elle vit alors une histoire d’amour impossible avec un roturier et subit une campagne de presse diffamatoire de la part des autorités révolutionnaires.

En s’appuyant sur la correspondance de la princesse, celle de ses amis, les mémoires du temps, Anne Bernet débarrasse, pour la première fois, Madame Élisabeth de l’imagerie pieuse qui occulta sa personnalité.
 

2 commentaires pour "Rencontre avec Anne Bernet :: Auteur de “Madame Elisabeth, soeur du roi Louis XVI, celle qui aurait dû être roi”"

  1. Jonathan Didierjean dit :

    Cette femme ressemble énormément à une des femmes que j’ai le plus aimées ! une belle (et rebelle…) Française de souche s’il en est : même yeux bleus profonds, même regard mêlant harmonieusement douceur, intelligence et féminité, même cheveux et sourcils châtains et même teint blanc aux pommettes rougissant promptement à la vue de l’homme aimé.

    Peut-être une des ses royales ancêtres, qui sait… ;)

  2. Jonathan Didierjean dit :

    J’ajoute que votre blog est presque d’utilité publique. Et pourtant, je ne suis pas belle et rebelle… Beau et robot à la rigueur (padam, tchiiiii… !) :D

    Continuez comme ça, charmantes demoiselles !

Un truc à dire ?