Ella Maillart :: Belle et rebelle!

Ella Maillart

Exploratrice, photographe, écrivain, journaliste, skieuse émérite, doublure de cinéma, barreuse… Ella Maillart, où l’art d’avoir vécu dix vies en une seule.

Ella est née en 1903 à Genève. En 1913, ses parents s’installèrent près du Lac Léman, où elle rencontra son amie de toujours : Hermine de Saussure. Ensemble et à peine âgées de 20 ans,  elles effectuèrent la traversée à la voile entre Cannes et la Corse. Passionnée par la navigation, elle fut la seule femme  et la cadette de la compétition de voile en solitaire des J.O de Paris de 1924. Elle s’y distingua en étant classée 9ème  sur 17.

“Excepté quand j’étais en mer ou quand je faisais du ski, je me sentais perdue, je ne vivais qu’à moitié. Tout ce que je voyais, tout ce que je lisais, me déprimait. La ‘dernière des guerres’  avait amené à sa suite des compromis, des idéaux artificiels et des palabres qui n’arrivaient pas à établir une paix véritable. Le malaise croissant et l’insécurité semblaient confirmer ce que Spengler avait appelé le déclin de l’Occident “.

A la fin des années 20, elle fit la rencontre d’un couple de Russes qui l’introduisirent dans la haute société moscovite, où elle côtoya entre autres la comtesse Tolstoï. Mais les fastes de l’aristocratie russe n’entamèrent en rien son désir d’aventure qui se traduisit par une longue dérive dans le Caucase en 1930. Les périples se succédèrent, seule et sans autorisation administrative, avec notamment deux ans plus tard, une traversée de l’Asie Centrale, à la découverte des Kirghizes, Kazakhs et Ouzbeks. Lorsqu’elle revint ponctuellement en Europe, c’était pour participer à des compétitions de ski au sein de l’équipe nationale suisse et pour rédiger les récits de ses aventures. Parmi la jeunesse russe, de Moscou au Caucase, récit de sa première aventure, puis Des Monts célestes aux sables rouges, à propos de sa traversée de l’Asie centrale  ou encore Oasis interdites, expédition  de 6000 km entre Pékin et le Cachemire.

Peu à peu, Ella Maillart connut une certaine célébrité, grâce à ses livres mais aussi par l’entremise de reportages réalisés pour la presse écrite. L’écrivain Paul Morand la décrivait ainsi :

« Celle que je veux dire, c’est une femme bottée de mouton, gantée de moufles, le teint cuit par l’altitude ou le vent du désert, qui explore des régions inaccessibles avec des Chinois, des Tibétains, des Russes, des Anglais dont elle reprise les chaussettes, panse les plaies, et avec lesquels elle dort en pleine innocence sous les étoiles … Et cette femme, c’est Ella Maillart. »

A partir des 1950, elle s’installa durablement en Asie où elle organisa des expéditions pour des groupes de touristes. Ella Maillart est décédée à l’age de 94 ans en Suisse, dans son chalet perché à 2000m où elle aimait se retrouver, seule, en tête-à-tête avec ses majestueuses montagnes natales.

Ella repoussa ses limites en permanence. Tout ce temps à la conquête d’elle même, du bonheur. On voit bien dans l’harmonie de son visage vieilli, tanné par le soleil et les années que cette quête de soi n’a été que source de joie permanente.

Le salut par la conquête de soi?

Alice

 

1 commentaire pour "Ella Maillart :: Belle et rebelle!"

  1. Cette femme est vraiment remarquable. Chapeau bas.

    jacques guilbaud

Un truc à dire ?