Tournées solidaires :: Rappel à l’ordre du don de soi

Génération solidaire

Depuis début janvier, les tournées de la « Génération Solidaire » ont été lancées simultanément dans plusieurs villes de France.

J’ai aussitôt été séduite par cette idée. Lorsque l’on est jeune et un peu idéaliste, on a tendance à rêver de changer le monde. On voudrait se mettre dans la peau d’un de ces héros d’autrefois pour sauver son pays, aider son peuple. Hélas, bien souvent ces grands idéaux sont rattrapés par la routine du quotidien, et nos désirs de générosité s’étouffent parfois un peu vite dans nos activités incessantes de jeune gens du XXIe siècle. D’autres fois, ce sont l’impuissance et le découragement qui nous saisissent : que puis-je faire, moi, pauvre fille perdue dans cette métropole de plus de 1 million d’habitants, pour me rendre utile pour mon peuple ?

Cette initiative des tournées solidaires est comme une piqûre de rappel : un peu de courage qu’on nous tend, pour nous rappeler que nous ne sommes pas seuls à vouloir agir positivement sur le monde qui nous entoure, et que d’autres peuvent avoir besoin de nous. C’est donc avec enthousiasme que je me lance dans l’aventure.

Chaque soir, moi je sais où dormir…

Bientôt, nous commençons nos premières tournées de solidarité, dans la froidure de l’hiver. Lille est sous la neige, il fait entre -5 et -10 degrés en ces débuts de soirée. Et nous savons que la nuit sera plus fraîche encore. Ces premières tentatives nous font aussitôt goûter à cette dureté de la condition des sans-abris. A sillonner ainsi les rues de notre ville, pendant des heures dans le froid glacial, nous comprenons un peu plus la détresse de ces gens abandonnés sur le trottoir. J’ai oublié mes gants, et lorsque je sers la nourriture, mes doigts sont gelés. Mais je sais  bien que chaque soir, un endroit chaud m’attend. Et j’ai un peu honte lorsque je pense à ma petite vie si confortable, et à mes soucis coutumiers, qui sont bien peu de choses face aux difficultés des sans-abris. Ceux-ci vivent au jour le jour, et pensent avant tout à survivre aujourd’hui, sans avoir le temps de se préoccuper du lendemain.

La plupart d’entre eux se réfugient dans la gare ou dans les stations de métro, en espérant y trouver un peu de chaleur. En nous voyant arriver, avec nos sacs de couvertures, notre soupe qui fume, et nos pulls jaunes sur lesquels est inscrit notre message « Génération solidaire ! », des sourires éclairent leurs visages, et cela nous réchauffe un peu le cœur. Nous discutons avec eux, simplement, comme si nous les connaissions depuis toujours, et nous découvrons de véritables drames humains ignorés de notre monde individualiste et donneur de leçons.

La pauvreté, plus qu’un chiffre politique

Nous rencontrons une femme enceinte de trois mois, et qui malgré ses nombreuses demandes n’obtient aucune aide. Un homme nous avoue qu’il ne veut pas aller dans les centres d’hébergement à cause de l’insécurité qui y règne : on l’y menace avec des cutters, pour lui prendre ses chaussures et le peu qu’il possède. Un autre jour, c’est avec un homme roué de coups que nous discutons. Je pourrais multiplier les exemples.

Bien sûr, nous savions avant nos tournées que la pauvreté des gens de notre peuple était de plus en plus répandue, nous savions que l’insécurité était le lot quotidien des mendiants, et que beaucoup d’entre eux étaient des jeunes gens de moins de 30 ans. Les chiffres, les statistiques et les pourcentages nous l’ont dit. Mais lorsque l’on se retrouve face à des hommes et à des femmes de chair et d’os et qui souffrent, alors les chiffres prennent un tout autre sens. Et nous sommes révoltés du peu de moyens que nous possédons pour leur venir en aide, et de l’indifférence générale à leur égard. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de continuer nos tournées. Et espérer que notre initiative réveillera d’autres générosités, prêtes à venir offrir leur solidarité à ceux qui sont dans le besoin !

Marie de Lille

 

 

4 commentaires pour "Tournées solidaires :: Rappel à l’ordre du don de soi"

  1. Poil de Carotte dit :

    j’apprécie beaucoup quand vous agissez ainsi, mesdames et mesdemoiselles

  2. phCarlin dit :

    Respect, jeune(s) fille(s), je n’ai ni votre courage ni votre générosité. En revanche, concernant ” j’ai un peu honte lorsque je pense à ma petite vie si confortable”, ce sentiment n’a pas lieu d’être, vous ne volez rien à personne, ce n’est pas vous qui avez mis ces gens dans la misère et qui les violentez. Au contraire, vous leur apportez chaleur et réconfort, et une seule rencontre avec vous redonnera peut être la force à certains de se relever. Je vous admire

  3. Arwen dit :

    Un grand bravo pour ces actions !

    Quand on voit l’hypocrisie de ceux qui répètent toujours le même discours d’aide sans prendre en compte les réalités des personnes qui “simulent” ou qui crachent dans la soupe parce que “tout leur est dû”… Il faut voir les “clients” des restos du coeur, croix rouge et autres secours populaire. Les bénévoles sont écoeurés d’être traités comme des moins que rien par des mamas exigeant telle ou telle marque de yahourt et qui jettent le reste par terre quand ça ne correspond pas à leurs attentes !
    Pendant ce temps, il y en a d’autres, qui souffrent et sont oubliés parce qu’ils ne rentrent pas dans les cases des quotas de nos chers politiques… Manifestement, vous en avez rencontrés quelques uns. Puissent nos enfants ne jamais connaître le même triste sort.

  4. Flore de lune dit :

    Bravo. Je me dis souvent que ce n’est pas en râlant que l’on change le monde mais bien en apportant de l’amour et de la chaleur̀, une vision de la femme maternelle que j’aime, ça pourrait être le sort de nos futurs enfants…

Un truc à dire ?