Nos Lectures :: Sparte et les sudistes

tremois

Conscience, instinct non pas divin, mais générosité du cœur, fille de la rage, paroles et fumées qui s’élèvent du sang, fierté qui sort des naseaux furieux, tu es la source de toute pureté et de toute intransigeance, de toi précèdent tout courage et toute révolte. Tu es la petite Antigone qui se lève devant le prince injuste. Tu es la main qui panse les blessures, tu es la sœur bien aimée qui se penche sur le front des morts sacrifiés. Tu es la consolatrice et la certitude. Tu es la source fraîche à laquelle vont boire les vaincus. Tu es la douceur et le refuge et tu es aussi la déesse qui ne plie pas sous les fouets des hommes. Tu marches devant la mort et sur les genoux, sur tes genoux d’enfant pure, nous cachons notre tête blessée à l’heure ou s’approche la Moissonneuse sans regard. Conscience, filleule de Dieu, nous déroulerons éternellement devant tes pas le tapis qui mène jusqu’à nos âmes. Et les joueurs de flûte n’étoufferont jamais ta voix.

Maurice Bardèche

1 commentaire pour "Nos Lectures :: Sparte et les sudistes"

  1. Poil de Carotte dit :

    ce site a de très bonnes lectures

Un truc à dire ?