:: Le divorce de Diane Fischer ::

Mariage pour tous

C’est bon, mon mari est ok, il est vrai que je n’ai pas mis longtemps à le convaincre pour ce divorce. Mariés sous le régime de la communauté des biens, ça aurait pu s’avérer compliqué mais finalement on s’est arrangés.  Notre avocat n’aura, au final, pas eu beaucoup de travail…

Pareil pour la garde du petit, qui, d’ailleurs, ne risque pas trop d’être traumatisé : ses parents divorcent, mais ne se séparent pas. Eh bien figurez-vous qu’on se sent tellement mieux, comme plus légère plus sereine. Ce n’est pas faute d’en avoir longuement parlé avec mes copines ! Voilà, ça y est c’est fièrement que je vous annonce que c’est officiel la date est fixe : le  divorce sera prononcé fin février.

Quand ma sœur m’a demandé  “mais enfin pourquoi ?!” Ma réponse fut simple : « à cause du mariage pour tous ! » Déjà, le “tous” m’a toujours gonflé : je ne suis pas tous et ne le serai jamais ! De plus, si le mariage doit unir des personnes du même sexe c’est simplement qu’il n’est plus le mariage. Ce qui était, même dans sa version civile, une institution devient donc un  simple contrat – et permettez-moi de vous dire que je n’ai pas besoin d’un contrat pour me lier à mon mari ! J’ai besoin d’un contrat pour régir mes relations avec mon connard de patron ou à mon voleur d’assureur mais certainement pas à mon mari. Alors ce mariage pour tous je leur laisse. Avec joie même.

En effet rien ne changera dans nos vies, et cet acte se veut purement militant. Volontairement alternatif. Notre vie sera la même qu’elle a toujours été. Voilà qui redonnera ces lettres de noblesses au mariage et qui je l’espère donnera des idées à grand nombre de belles et rebelles. Leur “mariage” ne fonde plus la famille ? Alors notre famille ne sera plus fondée sur leur “mariage”.

Le mariage c’est devant Dieu, et ce que Dieu a uni l’homme ne le sépare point ! Leur “mariage”, qu’ils en fassent donc bien ce qu’ils veulent, ça ne nous concerne plus… L’union que je forme avec mon mari n’a strictement rien à voir avec ce  projet de loi hallucinant.

Mariez donc vos gays, et laissez-moi divorcer.

Quoi qu’il arrive, à mes yeux et à ceux de mon mari, devant Dieu et devant ceux qui comptent pour nous, notre union sera toujours valide. Jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Diane Fisher

 

6 commentaires pour ":: Le divorce de Diane Fischer ::"

  1. Marie V dit :

    Très bonne initiative !

  2. phCarlin dit :

    ben rien à ajouter. le mariage civil est effectivement un contrat d’assurance sur l’avenir (et non sur la vie), strictement matériel, qui n’a plus de raison d’être depuis le PACS. Pour l’anecdote, la mère de ma fille et moi avions conclu un PACS (en plus, c’était rigolo, il venait d’être créé pour les gays. D’ailleurs, la fonctionnaire de l’état civil était un peu étonnée. Bon, à cette époque, le crime d’homophobie n’existait pas, on ne s’y risquerait plus maintenant…), au motif que nous dénions à la loi et aux juges le droit de se mêler de notre vie privée et de celle de notre fille.
    Maintenant, on va voir comment les gays, qui ont fondé leur militantisme dans les années 80 sur le droit à la différence et la disponibilité sexuelle, vont se dépêtrer avec l’indifférenciation et l’adultère…

  3. Sophie dit :

    Aaaaargh !!!
    Mais quelle photo immondissime !!!

    Mais il n’y a pas que cela qui m’attriste et me choque. Je comprends la colère et le désarroi que suscitent tant de bouleversements au sein de ce qui reste des ruines de notre société. Mais ce n’est pas encore fait. Et ce pseudo “mariage” pour “tous” n’est pas encore passé. Alors pourquoi renoncer maintenant ? Pourquoi leur abandonner ce mariage qui nous appartient encore ? Je comprends que tout cela puisse faire gerber un couple, ébranler ses bases et ses fondations.

    Mais n’est-ce pas justement ce qu’ils veulent ? Divorcer alors que le couple est solide, n’est-ce pas justement leur jeter à la gueule ce qu’ils espèrent et ce qu’ils attendent ?

    J’avoue que je ne suis pas mariée, malgré une longue relation, solide et que j’espère pérenne, et j’essaye de me mettre à la place de ces hommes et ces femmes déjà mariés ou qui désirent le faire. En l’occurrence, je suis fiancée, et le mariage faisait partie de nos projets. Il est certain qu’aujourd’hui le doute est encore plus prononcé. On ne peut que se dire : “Mais à quoi bon ?” “Quel en sera le sens désormais si l’union sacrée d’un homme et d’une femme par le mariage est foulée aux pieds, dans la boue et les miasmes les plus abjects ?”

    Mais en lisant votre message, je prends conscience que votre acte militant, malgré la beauté de ses intentions, dessert la Tradition. Ou en tout cas, c’est la forte impression qu’il me fait. Voilà l’image que cela m’inspire : c’est comme si en entendant un cambrioleur rentrer dans notre maison, nous lui lancions notre plus beau bijou. On pourrait bien le jeter de toutes nos forces en espérant le blesser, mais cela ne changerait rien…

    Le mariage est un bijou précieux et sacré qui n’a de sens que parce qu’il est porté par des personnes comme vous. Si son nom et son essence doivent être galvaudés (et le mot est un bien faible euphémisme !) par des usurpateurs, des imposteurs, notre devoir est de le protéger avec une plus grande férocité.

    En tout cas, je vous remercie, car malgré tout, votre acte puissant aura peut-être réveillé quelques consciences, comme la mienne ! ;-)
    Je vais peut-être finir par me marier après tout. Et en grandes pompes !
    Et si je pouvais me permettre un fantasme, j’irais pisser avec tout le cortège sur les marches de l’Élysée ! (Et aussi devant le siège parisien des LGBT !)

    Bien à vous les belles et rebelles !

  4. Loulou dit :

    Diane, quelle bonne idée!
    Et si tous les couples mariés faisaient cela en signe de protestation?

  5. Manuel Atréide dit :

    Bonjour,

    alors, Diane, comment s’est passé ce divorce ? Bien j’espère ? Donnez nous de vos nouvelles, nous vous donnerons de nouvelles de ce mariage que vous avez abandonné : il est très heureux avec nous.

    Cordialement, hein …

    Manuel

Un truc à dire ?