Consommer français : les vrais/faux d’un parcours semé d’embûches

Cuisine made in France

 Selon une enquête Ipsos, la provenance des produits est devenue pour les Français le second critère de choix après le goût. Quoi de plus normal ? Savoir ce que l’on mange et ce que l’on offre à manger à nos enfants c’est un peu le minimum syndical !

Le souci c’est qu’entre l’origine, la  production, la fabrication,  les labels, et autres termes techniques recouvrant  nos emballages on ne sait plus à quel saint se vouer. Belle et Rebelle vous offre une séance de décryptage conso.

A ne pas confondre

Le « made in France » et « l’origine ». Le fait en France écarte en réalité toutes notions d’origine. Vous pouvez par exemple  facilement acheter un produit labellisé « produit en Bretagne » et y trouver des ingrédients qui ne sont ni bretons, ni français. Pour pallier à ce souci, en 2011 a fleuri sur nos emballages un nouveau label « origine France garantie » avec un cahier des charges simple :

  • Les produits naturels  doivent être extraits, récoltés ou élevés dans l’hexagone.
  • Les produits transformés  doivent être fabriqués avec des produits majoritairement français et 50% de sa transformation doit correspondre à une activité effectuée en France.

Autrement dit ce label c’est du costaud ! Bien entendu aujourd’hui seuls des marques de bières, quelques rares produits régionaux, et la marque d’électroménager Brandt peuvent se réclamer de ce label. Conclusion : attention les produits estampillés fait en France ne le sont bien souvent qu’à 45%

Je résume:

  • Mention fabriqué en France : faux.
  • Label origine France garantie : vrai mais très rare.
  • Label produit en Bretagne : faux.

Les boites de conserves et produits assimilés

Bien souvent les industriels clament qu’ils agissent en toute transparence. C’est plus ou moins le cas… Les numéros (souvent illisibles…) figurant sur les couvercles donnent une indication de provenance pour vous aider :

  • 00 à 13 : USA canada
  • 30 à 37 : France
  • 40 à 44 : Allemagne
  • 690 à 695 : Chine

Donc, la transparence sur les conserves : Vrai après décryptage!

La volaille française

L’Association de la volaille française vous assure des poulets nés et abattus en France. Cela ne garantit pas forcement des conditions d’élevage strictes mais l’origine est néanmoins certifiée.

L’origine française est toujours gage de qualité : malheureusement faux…

Le bio

L’inquiétude liée à l’usage des produits chimiques croit, entrainant ainsi une progression de la consommation bio. Le tout est exacerbé par un effet de mode indéniable. Néanmoins, bio ne veut pas toujours dire français ce qui au fond pose problème : par exemple entre 30 et 60% des produits sont importés d’Italie,  pays soupçonné d’être beaucoup moins exigeant que la France sur la délivrance du certificat bio.

  • Bio =qualité : faux
  • Bio = Français : faux

Les mauvais élèves :

Le label rouge offre un cahier des charges strict mais dans lequel il n’est nullement question de géographie…

Les bons élèves :

Deux exemples allant complètement à l’encontre des idées reçues ! Puisque ces ceux grandes marques sont un symbole à la fois de malbouffe, de conditions industrielles immondes et de globalisation acharnée et pourtant Coca-cola et Mc Donald’s figurent sur la liste des bons élèves (pour le domaine précis qui nous intéresse dans cet article).

Coca-Cola et sa campagne « made in France avec fierté » souligne que 95% des Cocas vendus en France sont fabriqués sur cinq sites de l’hexagone à partir de matières premières à 80% françaises. Symbole de l’impérialisme américain certes, mais néanmoins fabriqué en France.

Mc Donald’s et son « 30 ans de vie française » n’a pas à rougir : sa viande bovine provient à 53% de France tandis que les poulets et salades sont presque exclusivement fournis par des exploitations de proximité. Loin de moi l’idée de vous poussez à les consommer! Cette donnée n’est qu’une simple observation!

C’est LA MOUISE…

Pour conclure consommer français est un vrai parcours du combattant! En espèrent que Belle et Rebelle vous a permis d’y voir  plus clair!

Bonnes courses

Diane Fischer

 

4 commentaires pour "Consommer français : les vrais/faux d’un parcours semé d’embûches"

  1. Céline dit :

    Un cuisiniste a obtenu le label origine France Garantie : Arthur Bonnet

  2. phCarlin dit :

    je n’ai pas trouvé les numéros sur les couvercles. Ce sujet vaudrait un manuel complet, mais l’alerte est bienvenue.

  3. Claire Belette dit :

    Je suis lectrice régulière de B&R. Et tiens, c’est l’occasion de parler de notre site : http://www.aubonsens.fr
    Sain, bio et français, parfaitement dans la ligne de votre article.

  4. RdB dit :

    Oui merci pour cette info sur les couvercles ! Je l’ignorais absolument !

    Maintenant, il faudra faire ses courses avec un manuel :
    – le bon code pour les oeufs (0FR ou 1FR pour les bios/plein air au lieu du 2FR/3FR pour les poules de batteries)
    – le code des abattoirs non halal
    – le code des conserveries…

    Ah la la ! Mieux vaut avoir ses propres bêtes et son potager !

    Chacun son verger et nos corps seront en meilleure santé !

Un truc à dire ?