C’est la rentrée, oubliez moi !

3 petits cochons

 Vous entendez tout autour de vous ce bruit sourd de l’agitation ? Ça s’active sec dans les chaumières, personne ne veut rater la rentrée. Un suicide social en perspective pour vous, vos enfants et les dix générations de Kévin et Brandon qui vous succèderont.

Effervescence

Alors déjà vous cherchez un cours de gym pour reprendre le sport, et vous y mettre pour de bon. Car cette année ça va changer : vous êtes motivée. Vous courez après un club de poney afin d’y inscrire Antoine. Blandine voulait faire de la danse, vite une tenue ! Si vous pouviez avoir la paix le mercredi après-midi… ce serai chouette, c’est ça l’idée ?

 Et vous rangez. Le rangement a du bon, il vous propulse dans l’étape suivante de la récurrence annuelle : chic on avance ! Même si c’est toujours pareil…  Au placard, les petits tops, la crème solaire et les lunettes de soleil. Il y a rupture entre vous et votre maillot de bain : une de plus, mais vous avez l’habitude! Vos sandales sont mises au banc des accusés. Leur jugement est prévu pour l’année prochaine. En fonction de la mode elles auront droit à une deuxième vie et ressortiront (ou pas) du placard qui sature déjà de leurs petites sœurs.

 Ce bruit sourd, qu’est-ce donc? L’armée des pigeonnes qui revient !

Pendant les vacances vous avez soufflé, vous vous êtes reposée. Super pour les publicitaires : vous êtes à nouveau disponible ! Disponible pour acheter, con-sommer, en somme, vous faire entuber.

Responsabiliser l’entourage

Le plus paniquant à la rentrée est que vous êtes déjà prise jusqu’à fin octobre. Comment est-ce arrivé ? Et bien vous avez dit oui à tout. Soyez honnête. Ça vous embête, cultivez le « non » ! Tatie Odette doit apprendre seule à remettre en marche sa box wifi. Mathieu doit apprendre à trouver la casserole au fond du placard sans que vous ayez à la sortir pour lui. Et cette année vous n’irez pas cherchez les enfants de la voisine tous les soirs parce que c’est sur la route. Il est toujours plus facile de compter sur les autres que sur soi-même : normal, si jamais ça ne marche pas ce n’est pas vous la responsable ! Loin de nous l’idée de ne penser qu’à notre petite personne mais responsabilisons tout le monde pour stopper la prolifération de générations d’assistés.

 Le changement c’est maintenant

Alors arrêtez d’être dupes, ce qui n’a pas marché l’année dernière ne fonctionnera pas mieux cette année si vous n’opérez pas un changement radical.

Avant de dépenser 500 euros pour un club de sport auquel vous n’irez jamais, blasée d’y voir des canons à qui vous ne ressemblerez pas tout de suite, commencez par courir une fois par semaine. Certes, il est très pertinent pour un garçon de savoir monter une jument mais Antoine n’a pas besoin de faire en plus de l’escrime, du bilboquet et de la guitare. Parce que le soir il sera trop fatigué pour faire ses devoirs et ce sera la guerre, sans trêve ni pourparler. Alors cette paix en valait-elle la peine ? Entre nous, les enfants ont tellement la possibilité d’être dispersés en permanence, alors si nos chers bambins pouvaient se concentrer sur une activité et y exceller, vous n’en seriez pas peu fière !

Et puis votre placard qui explose déjà a-t-il vraiment besoin de cette énième écharpe ? Où allez-vous mettre cette nouvelle boîte de chaussures ? Anne m’a dit qu’elle voulait se débarrasser de ses affaires avant de déménager… Vite organisons une soirée troc, où chacune apportera ce qui ne lui plaît plus mais qu’elle a su aimer un jour. Vêtements, déco, jeux. Nous avons bon goût en général et chacune trouvera midi à sa porte afin de faire quelques économies. Nous nous targuons d’être rebelles, nous nous devons de l’être sur toute la ligne !

Alice

 

 

1 commentaire pour "C’est la rentrée, oubliez moi !"

  1. Anais dit :

    “Loin de nous l’idée de ne penser qu’à notre petite personne mais responsabilisons tout le monde pour stopper la prolifération de générations d’assistés.”
    Bien dit !
    En croyant bien faire, on s’embourbe dans de bonnes intentions et les autres avec. De toute façon, l’enfer en est paver !

Un truc à dire ?