Sauvons les garçons!

Indiana Jones

Chronique littéraire :: sauvons les garçons, de jean-louis Auduc, par Diane Fischer

Jean Louis Auduc directeur adjoint de l’ IUFM (institut  universitaire de formation des maitres) nous offre un ouvrage plein de clairvoyance, qualité assez rare (surtout dans ces milieux ) pour avoir le mérite d’être soulignée. C’est sans complexe qu’il va même jusqu’à nous parler d’unee fracture sexuée qu’il estime être plus importante que la fracture sociale. Il part d’un constat simple : « les garçons sont devenus, en quelques années, le deuxième sexe de l’école et occupent sans conteste la place la plus défavorable au sein du système éducatif, place caractérisée par l’échec scolaire et la sous-qualification massive. »

 L’école  a cru que la mixité règlerait tous les problèmes

Bon,  OK, au début je ne vous cache pas que, par pure rivalité sexuelle, cette nouvelle  m’a enchanté. Mais après mure réflexion on  se rend assez vite compte qu’une telle différence de résultat (ex : 57% de réussite masculine au bac contre 71% de réussite féminine) n’est pas normale.

 L’école  a cru que la mixité règlerait tous les problèmes malheureusement  «  Il ne suffit pas de mettre des garçons et des filles ensemble pour que règnent l’harmonie et l’égalité entre filles et garçons. »  Les filles victime de leur succès voient leurs chevilles gonfler à vue d’œil (moi-même je suis tombée au piège au vu de nos si brillants résultats) et utilise cette domination pour rabaisser et déviriliser les garçons.

Cette tendance à renier en permanence son identité sexuelle devient pesante

Bien entendu ,M. Auduc n’a pas poussé son raisonnement jusque-là contraint de s’arrêter aux frontières du politiquement correct. Pour ma part le politiquement correct je me nettoie avec pour rester polie… C’est pourquoi je n’hésiterai  pas à affirmer que cette pseudo « suprématie intellectuelle » pèse sur les petites épaules de jeunes hommes comme une marque supplémentaire de féminisation. Et que franchement cette tendance à renier en permanence son identité sexuelle devient pesante. Ça n’est pas en envoyant les filles à la guerre et les hommes au foyer que nous nous sommes illustrés dans de glorieuses batailles. Étant donné qu’il nous en reste encore quelques-unes à mener ça serait chouette qu’il nous reste des hommes… des vrais !

Cela dit le concept de fracture sexuée,  développé dans ce bouquin, est passionnant et son auteur propose certaines pistes intéressantes comme des heures de soutien avec des groupes constitués exclusivement de garçons.

A lire ou du moins découvrir.

Diane Fischer

 

1 commentaire pour "Sauvons les garçons!"

  1. Ménéhould dit :

    Mère de garçons, je n’avais pas fait ce constat… mais je ferai gaffe à l’avenir! je suis s^re que vous avez raison…

Un truc à dire ?