Vu sur le net: CH’TI JURE, CI DIGOULASSE !

calimero amoureux belle et rebelle

CH’TI JURE, CI DIGOULASSE !

Drame de l’immigration

J’étais tellement content d’arriver en France, ça fait mal d’être reçu comme ça», regrette Hakim, 23 ans. (…) Epuisé, et surtout, «déçu par la France». (…) «C’est ça la liberté en France», lâche-t-il, dégoûté. (…) Et bla et bla et ouin et ouin.

Elle frétille, la Jeannette qui est allée se frotter contre la-vraie-misère-des-enfants-du-soleil, elle écrit encore d’une main, l’autre coincée dans le tanga, ça lui tourne la tête, heureusement que c’est pas trop compliqué niveau champ lexical, pas besoin de trop se concentrer. Ah les malheureux ! Ah les bien-à-plaindre ! Ah que c’est quand même dégueulasse de leur refuser le Hilton et une place d’executive portnawak dans la première multinationale venue ! Caliméro, fantasme ultime de la gauchiasse femelle. Pour que ça mouille entre les quilles, faut d’abord humidifier les yeux. Femme qui pleure, à moitié dans ton lit.

On les comprend, notez, ces grands déçus. Mais si, sérieux. Des lustres que nos communicants leur expliquent que l’Europe, c’est un lupanar gratuit, rempli des plus belles poules de toute la putain de planète, avec comme seul désagrément la présence de quelques mâles belliqueux et ouacistes, fermement combattus par l’Etat. Du coup, tu ramasses tout ce que tu as, tu paies la traversée, tu arrives fourbu et puant, et on t’offre quoi ? Une pipe par des triplées rousses à gros seins dans une piscine de biftons, comme à la téloche ? Ben non : une GAV, pas la moindre petite branlette solidaire.

Contraste. Syndrôme de Paris.

« Et mes acclamations ? Et mon enthousiasme ? Viva Don Métécos ! » Ben non, pas d’acclamations, sauf provenant de Toubabs qu’ont pas l’air trop net, aussi propres sur eux que toi en descendant du camion, et qui te trouvent formidable essentiellement parce que ta présence indispose d’autres Toubabs à qui ils ont déclaré la guerre culturelle totale, faute de pouvoir les engoulaguer… Te voilà embrigadé dans des histoires louches entre Faces-de-Craie, alors que tu t’attendais à pouvoir trouver fastoche une blonde bien balancée avec les clés d’une One 77 et la carte d’une boîte bien select… Ca pue l’arnaque…

Et tu comprends, peu à peu que malgré la Honte Blanche, que tu sais déjà pas mal manier, ça va être moins facile que prévu. Que le fric sort effectivement des murs, mais qu’il faut taper un code avant, que ce code est personnel, qu’il est lié à un truc étrange appelé « compte en banque », une sorte de coffre virtuel qu’il faut alimenter en bossant… Le boulot, tiens ! Salamalek Bonjour pour en trouver, déjà que les autochtones ont l’air de ramer pas mal, ceux qu’ils te laissent, ça sera plutôt des trucs du genre vider les poubelles, nettoyer les assiettes, pas de quoi se la raconter quand tu retourneras étaler ta supposée réussite au bled…

Ennui ! Déconvenue ! Désenchantement ! Ouacisme, même, si ça se trouve ! Le mot magique ! Sauf que dans l’immédiat, ton sort va pas s’améliorer, hélas. On t’a pas expliqué comment marche la formule magique, on a oublié de te briefer sur le fait que c’est d’abord une marotte de kouffars, que ça sert effectivement à extorquer du blé mais que pour ton rôle de victime, t’auras guère droit qu’à quelques picaillons misérables, les gros chèques allant dans la poche des blanchouilles douteuses qui s’arrogent le droit de parler en ton nom, quand c’est pas celle des schouifs pour qui t’es un gri-gri vivant pour conjurer la menace d’Adolf Shaitan…

Un pauvre n’article dans un journal de blancs crasseux, c’est toujours ça de pris, mais c’est pas ça qui va te rapprocher de cette vie rêvée de luxe et d’esbroufe. En fait, pas grand-chose te permettra de t’en rapprocher justement. Percer dans le ypeaupe ou dans le rail-haine-bille, ça risque de prendre du temps là aussi, et si ta diction n’est pas impeccable, à toi la peur – et la torture d’un quotidien de crevard sexuel, parce que l’exotisme, ça plaît peut-être aux blanchettes, mais faut sentir le pognon, pas la charogne des bas-fonds, et pour un tel parfum, faut-y en suer, des hectolitres ! Le grand banditisme ? Pour ta pomme, ça sera moins un destin à la Tony Montana qu’une succession de pauvres magouilles, en concurrence avec des “frères” très empressés de te chatouiller les vertèbres au cutter pour d’infimes parts de marché.

Reste l’option de la Vendetta contre les pouilleux qui t’ont menti. Pour le coup, les plus gros ouacistes d’Occident, ceux que ta simple présence aurait tendance à rendre épileptos, en viendraient presque à te proposer leur aide. La vie est pleine de surprises.

Source: Les enfants de la zone grise

1 commentaire pour "Vu sur le net: CH’TI JURE, CI DIGOULASSE !"

  1. M. dit :

    Il est super chouette ce site! Je ne connaissais point.

Un truc à dire ?