Critique : L’Ice Kube à Paris

Critique : L'Ice Kube à Paris

Hier, mon amoureux me téléphone et me dit : « Prépare toi, on sort ». Chouette, j’adore les surprises, j’adore, j’adore.

J’enfile une paire de sandales, un jean et un haut (il faisait au moins 20 degrés !) et en route !

Direction station La Chapelle ligne 2 du métro parisien.

Je retrouve l’amoureux, et il m’annonce qu’on va boire un drink au Ice Bar, le fameux bar glacé de la Capitale. Pourquoi pas, ça peut être amusant.

On entre dans l’enceinte de l’hôtel de luxe, dans une impasse, traversons la cour marbrée et pénétrons dans le bar de l’hôtel qui apparemment sert aussi de lobby à l’hôtel.

L’endroit a dû être beau mais la décoration, passée de mode, semble défraichie. C’est sans doute ce qui arrive quand on fait le choix du tout-fourrure y compris sur les murs !!!

Les serveurs, des jeunes gens bien mis, se parlent d’un bout du bar à l’autre, l’un se plaignant d’un fût de bière qu’il ne parvient pas à changer en pestant tout ses diables, l’autre ricanant bêtement.

Une première impression mitigée donc, surtout si l’on ajoute au portrait une ambiance nouveaux riches, de personnes bien hautaines avec des looks improbables tant ils sont hypes (oui, toi et moi Lectrice, on ne peut pas comprendre comme il est chic de marier une longue robe en crinoline rayée blanche et noire avec un perfecto et des bottes camarguaises le tout surmonté d’une choucroute qui touche le plafond). Je vous laisse imaginer comment une personne ni trop fêtarde, ni rencardée sur les lieux à la mode, ni totalement obsédée par la mode comme moi a pu se sentir bien mal à l’aise dans ses sandales tellement j’avais l’impression de dénoter outrageusement de fadeur.

Bon, donc on attend l’heure de notre « session » (oui, on y rentre toute les 30 minutes, pas de retardataires) en sirotant mon soda au goût de poussière.

Au moment M, on nous dirige vers un vestiaire pour y enfiler une doudoune très chic, très chaude et une paire de gants. On nous fait pénétrer dans un « sas » à 10 degrés pour éviter le choc thermique surtout quand nous ressortirons, et finissons par entrer dans le bar igloo.

Et là, il faut bien admettre que c’est très amusant. Quasiment euphorisant. Toute cette glace limpide, je ne saurai pas l’expliquer.

Pourtant, j’adore les cocktails

On nous servira (assez généreusement, il faut bien dire) quatre préparations à base de vodka. Des petits cocktails aux goûts étudiés ; poire spéculoos, citron cranberries, cannelle et autres saveurs étonnantes.

Vient ensuite le moment de sortir. Évidemment, les quatre cocktails commencent à faire leur effet, et les avoir avaler en une demi heure n’aide pas à une assimilation douce. Oui, je suis bien bourrée.

L’impression générale du Ice Bar est plutôt positive, mais très clairement, il ne s’agit plus tout à fait de l’attraction à la mode : c’est une attraction touristique. Et à bien observer les gens qui entrent et sortent après nous, ils n’ont effectivement pas le look que l’on arbore dans les lieux branchés. Ce sont des ploucs, des provinciaux, des touristes, comme moi !

Donc, voila, peut être vaut-il mieux économiser les 30 € par tête de pipe et aller boire des cocktails (si on y tient vraiment) dans un endroit plus ringard.

Promis, on me verra plus jamais dans un endroit branchouille !

Malena Modrey

Un truc à dire ?