Wonderwoman

pin up mechanic wonderwoman

En vous promenant dans la rue, vous entendrez régulièrement des femmes qui se plaignent de leur condition, elles portent toutes seules leurs sacs de courses, elles montent elles-mêmes le lit superposé Gygebluk acheté l’après-midi même lors de l’inévitable virée capitaliste du samedi dans les centres commerciaux de banlieue, elles travaillent cinq jours par semaine, s’occupent des petits le soir et tentent de trouver le temps d’aller faire un tour sur Meetic quand elles sont bien épuisées après leur journée.

En effet, elles sont les Wonderwomen modernes, capables de jongler entre vie de mère, vie de femme et vie professionnelle, elles vous font croire qu’elles sont épanouies, mais avant tout plus fortes que les hommes. Pourtant, quelques minutes après avoir demandé le divorce elles tentent déjà de retrouver quelqu’un…

42% des mariages se terminent en divorce, enfin de nos jours. L’explosion des divorces est foncièrement liée à la féminisation: puisque la femme devient libre, elle peut divorcer librement, mener sa vie librement, être heureuse toute seule et mépriser les hommes. Et l’explosion des divorces, elle, est foncièrement liée à la perte d’identité de notre société.

Reviens, sale pute !

A force de nous élever dans le mythe du prince charmant, et paradoxalement dans le rejet de l’homme, et au regard de l’homme de la rue, la vision du mâle est totalement flouée: l’homme peut-il être l’ « Homme Parfait », le « Prince Charmant »? Qu’est-ce que l’ « Homme Parfait »? Un blond décoloré aux sourcils épilés et au visage hydraté par des crèmes antirides qui chevauche fièrement sa 207 CC? Ou est-ce que l’Homme c’est le type qui vous crie dans la rue « t’es bonne, tu suces ? », et qui vous suit en vous criant « oh salope zarma reviens sale pute ! »… (on s’étonne vraiment de l’insécurité en France?). Il faut avouer que l’homme d’aujourd’hui est bien souvent plus proche du primate affalé devant le Juste Prix avec une bière et des ailerons de poulet que de celui qui vous tient la porte, qui vous emmène à l’opéra, et qui vous fait la cour. Non non, aujourd’hui c’est l’homme qui se cache derrière la femme. Et étonnez-vous que l’on déplore, chaque année, plusieurs cas de viols voir de meurtres dans des R.E.R bondés, franchement cela n’a rien d’étonnant, c’est juste l’illustration d’une décadence qui s’enfonce chaque jour un peu plus. La femme se retrouve sans repères, une certaine majorité d’entre elles mènent leur vie de Wonderwoman, ont quelques amants et finissent vieilles, et seules; dans les cas extrêmes, elles trouvent leurs repères dans l’Islam, se voilent, se soumettent, acceptent de ne pas être respectées, elles retournent à la cuisine et se taisent.

Domine-moi et tais-toi !

Alors la femme d’aujourd’hui se transforme en homme, elle porte des vestes d’hommes, les vêtements unisexes que la MODE lui dit de porter, se coupe les cheveux, conduit des voitures masculines, bref elle prend la place vacante de l’homme, qu’elle a chassé.

Mais après tout, de quoi se plaignent-elles? Elles l’ont voulu, on l’a eu, l’émancipation de la femme!

Nina Debresse

 

2 commentaires pour "Wonderwoman"

  1. Luc hebrard dit :

    QUELS CHOIX ?
    SI J’EN JUGE SELON VOTRE ARTICLE :
    OU LES MECS SONT DES ANIMAUX PENSANT QU ‘ AU SEXE
    OU SE SONT QUE DES ‘ homo ‘ REFOULES .
    NINA , NON LE PRINCE CHARMANT N’EXISTE PAS .PAS PLUS D’AILLEUR QUE LA PRINCESSE CHARMANTE !!!!!!!!!!
    MEME PAS GRAVE… CAR LE COMBAT DU PRESENT N’EST PAS CELUI LA . DEMANDEZ A ‘JEANNE (la petite bergére )
    A BIENTOT +

  2. Mercedes dit :

    “Mais après tout, de quoi se plaignent-elles? Elles l’ont voulu, on l’a eu, l’émancipation de la femme!” Mais elles se plaignent, les femmes. Oui.
    On a le droit de se plaindre des viols, des agressions, parce que ça n’a rien à voir avec la libération de la femme. Les viols ça existe depuis toujours. La libération de la femme n’y change rien. Les cheveux courts des femmes n’augmentent pas le nombre d’agressions.
    Alors, pourquoi elles augmentent les agressions?
    Parce que les femmes ont désormais le droit d’être dehors, de faire des études et de faire la fête. Elles ont le droit de se balader seules. Elles ne sont plus obligées de trouver un mari à 23 ans, et de prendre le premier venu pour ne pas se retrouver vieille fille.
    Beaucoup d’agressions, aussi, parce que les hommes se croient tout permis. Parce qu’ils ont tellement peur qu’on leur prenne leur travail, qu’ils préfèrent nous rabaisser.
    Les hommes ont peur, les femmes circulent plus souvent : donc de plus en plus d’agressions.

    Deux solutions :
    Soit les femmes restent à la maison, se font plus discrètes, prennent sur elles.
    Soit on apprend aux hommes à ne pas avoir peur. La peur c’est improductif, ça engendre la haine.

    Dit autrement :
    Soit on apprend aux femmes que le non-respect de leur sexe est quelque chose auquel il faut s’habituer. Et faire avec, baisser les yeux, ne pas froisser l’égo de l’homme.
    Soit on apprend à l’homme le respect de la femme. Son égalité en droit. Son intelligence équivalente. Et apprendre à cohabiter, sans haine, sans agressions.

    Et après, savoir si la WonderWoman est heureuse ? C’est personnel. Moi je pense que tu es plus heureuse divorcée que battue. Plus heureuse avec un travail que sans le sous. Mais si tu veux être femme au foyer et éviter le divorce, je pense que c’est aussi quelque chose de merveilleux de pouvoir passer du temps avec ses enfant. La femme d’aujourd’hui elle a le choix.

Un truc à dire ?