Quand les aigris parlent de nous…

kokoro's blog humilées belle et rebelle

Et c’est eux qui le disent… et c’est rigolo.

Humiliées

Mesdames, mesdemoiselles, celles d’entre vous qui me lisent connaissent(ou pas) mon aversion caractérisée pour la presse féminine. Au hasard de mes périgrinations sur le net, je suis tombé là-dessus : Belle&Rebelle

En temps normal, je fustige la presse féminine pour la bêtise, le vide des propos et l’inutilité générale suscitée par les articles. Ici, on est bien loin de ça. On tombe en réalité dans un webzine insultant pour toutes les femmes. Ce site est un conglomérat d’aberrations, sur des sujets comme le féminisme, la politique, la culture, la mode…. Côté politique, c’est véritablement extrême-droite, vantant les mérites de l’identité nationale, par exemple. Et surtout, l’image de la femme véhiculée y est atroce. L’on vient vanter les mérites de la sexualité taboue, de la femme au foyer, de l’absence de sexe avant le mariage bien sûr… Toutes les idées contre lesquelles les femmes se sont battues ces cinquantes dernières années sont détruites, anéanties. C’est un véritable recul. Mais étudions un article en détail, vous vous rendrez mieux compte.

L’image projetée insinue qu’une femme qui s’occupe d’elle n’est rien qu’une nombriliste exacerbée et complètement stupide.

Quand je vois toutes ces filles « hypes » dans la rue, cheveux tirés, bien maquillées, habillées avec les dernières fringues du moment

Vous sentez venir la généralisation rapide, de celles qui vont vous décaper la tronche à la scie égoine ? Ca arrive.

Être plus féminine, rentrer dans le même legging taille enfant qu’elles, capter le regard de tous les hommes en un passage…

Vous remarquerez la subtile association entre minceur et féminité. Mesdames, vous qui étiez rondes et vous pensiez jolies, voyez comme B&R vous rappelle à l’ordre. Allez perdre 30 kilos, et on en reparle.

Il faut toujours vérifier ce qui se cache derrière le vernis ou, pour elles, derrière le masque permanent de maquillage. Et chez elles c’est souvent aussi creux qu’une noix de coco…

Donc, prendre soin de soi, c’est être une grosse cruche. Et c’est forcément pour le plaisir de draguer. Je tiens sincèrement à exprimer toutes mes condoléances aux blogueuses comme Pandora ou Argaelle pour l’image de leur travail qu’elles se prennent dans les dents à cause de ce genre de webzine. Désolé les filles, vous êtes belles et apprêtées DONC vous êtes connes. C’est forcé, c’est B&R qui le dit.

Au fond la dernière fois qu’elle t’avait vu c’était pour qu’elle t’assure que ton string dépassait bien et qu’on le voyait sans problème à travers ton pantalon blanc.

Une vue intéressante de l’amitié et du partage. Je pense que Nelson Mandela se retourne dans la tombe qu’il n’a pas encore construite tant l’image projetée des gens par ce site est à vomir. Ben oui, encore une fois : vous êtes deux filles, donc vous draguez toutes les deux, vous êtes belles DONC vulgaires, alors nécessairement vous êtes des salopes. CQFD.

Si c’est ça ta vie, je te la laisse ! Moi je ne suis pas la fille d’un soir mais celle d’une vie ! Moi je ne suis pas seulement jolie, je suis belle, de cette beauté fière dont tu n’as pas connaissance, car son existence seule t’est impossible à imaginer, elle te rendrait encore plus dépressive que tu ne l’es déjà.

Voilà, enfin, la conclusion qui détruit tout ce que masse psychologues et autres activistes et romantiques ont mis des siècles à mettre en place : la confiance en soi. Alors que l’on vit à une époque où les médias exercent une pression de malade sur les femmes, un semblant d’espoir semblait poindre. Sans tomber dans la généralisation, connaissez-vous une femme qui n’a jamais complexé ? Qui ne s’est jamais sentie moche, grosse, poilue, bête, les quatre à la fois ? Et, alors que vous faites tant d’efforts pour vous mettre en valeur sans tomber dans la vulgarité, voilà que les webzine censés présenter des modèles et des idées écrasent tous ces efforts. Détruisent tout ce que quiconque aurait pu construire pour vous. Bravo, bel effort.

Pour avoir arpenté ce site en entier, les articles de ce genre sont légion. Et ils sont atroces. J’ai passé des heures à commenter ce que j’y ai vu et lu, mais je ne pense pas que vous aurez le loisir de pouvoir me lire, mes interventions ayant probablement été censurées. Mais je ne comprendrai pas, moi qui suis profondément anti-féministes, comment on peut humilier autant les femmes et les jeunes filles sans même avoir la décence de s’excuser et, pire, de se considérer comme un magazine qui vous éduque, mesdames, et vous sert de modèle. Mais j’entends déjà les critiques qui me verront comme un crétin qui vous empêche d’ouvrir les yeux sur votre condition, de vous libérer. Car c’est bien connu : être belle et apprêtée, noble, c’est être conne, creuse et fatalement soumise. Et que donc vous n’avez plus de poids de décision puisque comme chacun sait le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis.

PS : Merci à DariaMarx pour le lien vers l’article.

2 commentaires pour "Quand les aigris parlent de nous…"

  1. Kokoro dit :

    Wow, là je ne peux que saluer le côté fair-play. Bravo.

Un truc à dire ?