Mariage princier : God save the Queen

god save the queen belle et rebelle

Ce mariage royal, celui de William et Catherine, m’inspire bien des sentiments et des interrogations. Pourquoi sommes-nous décidément, en France, si friands de ces grands mariages royaux ?

Est-ce le coté midinette des Françaises qui se révèle et trouve à se délecter à chaque mariage princier ? Est-ce l’éternelle petite fille qui survit en chacune de nous et se nourrit de belles images chaque fois qu’elle en a l’opportunité, comme du temps où elle s’habillait en Princesse ? Est-ce la nostalgie ? Comme le disait à la caméra un Français de Londres rencontré dans l’une des nombreuses Street Parties « Nous Français ne connaitrons plus jamais ça… » Est-ce l’amertume ? « Tout ce que nous avons su faire, nous, c’est couper la tête de notre Roi ! » ainsi que l’exprimait une jeune Française interviewée devant Westminster Abbey par le reporter de France 2. Alors, les Français se sentent-ils orphelins, depuis qu’ils ont décapité leur Roi, comme beaucoup de sociologues et psychologues l’ont maintes fois dit et écrit, et tentent-ils d’exorciser leur mal en se gorgeant de ces images ?

Peut-être bien….et ceci expliquerait qu’ils se lassent si vite de leurs dirigeants républicains éphémères. Rien n’ira jamais, nous sommes perpétuellement insatisfaits, en état d’angoisse collective latente, à la recherche de ce Père que nous avons tué afin de prendre sa place. Et voilà, nous y sommes à sa place, mais c’est dur d’être Roi, ça donne le vertige, et ça crée des tensions, surtout quand on est des millions à vouloir s’assoir sur le même trône ! Non, nous disent les Anglais, un Roi on ne le tue pas, on l’acclame et on le chérit, car il est la représentation charnelle de ce que nous sommes, comme son père l’était de nos pères et ses aïeux de nos propres aïeux. Voilà pourquoi, malgré les propos de tant de journalistes sur l’agonie prochaine de la monarchie britannique, le Mall était noir de plus d’un million de sujets de Sa Majesté, à acclamer la Reine, le Prince William et la Duchesse de Cambridge. Ne nous sommes-nous pas rués en masse sur « le Discours d’un Roi, » sur « The Duchess », sur « des Hommes et des Dieux. » (Et aussi sur « les Choristes » et « la Passion du Christ ») ? Qu’est-ce qui nous fait courir comme ça vers ce que notre république a éradiqué : le noble et le sacré ? Y a-t-il quelque chose de commun entre tous ces films, qui auraient logiquement du faire chacun un flop et qui furent au contraire chacun un triomphe? Oui bien sur, car il y a la recherche d’une rencontre, si brève soit-elle, le temps d’un film, avec le spirituel, le dépassement de soi, avec l’élévation de l’âme, l’élégance, la rectitude, l’absolu, avec l’espoir, avec quelque chose d’immuable et de pur que nous portons toujours au fond de nous, avec une sorte d’éternité…que nous nous sommes, un jour, volés à nous même. Et cette quête est d’autant plus assoiffée que le quotidien de notre monde nous impose la médiocrité, le renoncement, la trahison, la vulgarité, la laideur et le sacrilège, toutes les anti-valeurs que, d’une certaine façon, nous avons pourtant accréditées en croyant qu’elles représentaient la modernité et l’implacable évolution. Un mariage royal nous offre de vivre, au rythme lent et majestueux d’un cérémonial immuable, l’engagement d’un homme et d’une femme, comme n’importe quelle union humaine, mais aussi la pérénité de l’identité d’une nation et de son histoire, une autre dimension, éternelle, sacrée et donc porteuse de grandeur.

Irish blood English heart – This I’m made of

Tout un peuple, qu’il soit d’Angleterre, d’ Ecosse, du Pays de Galle, ou d’ Irlande, se trouve alors à l’unisson charnellement et spirituellement. Et nous les envions, oui, nous les envions! Les Anglais de tous âges interrogés au fil des cortèges le disaient et cela m’a frappée « I’m so proud to be English today». Et voilà tout est dit, TODAY est le mot-clé, celui qui explique tout. C’est aujourd’hui qu’ils ressentent profondément leur fierté, et qu’ils le clament, parce qu’ aujourd’hui, avec leur famille royale, ils ne sont plus qu’un seul peuple, et ils en ont conscience, rassemblés autour de valeurs qui ne retiennent pas les clivages politiques et les classes sociales, des valeurs autres, plus hautes, plus amples, celles qui ont du souffle et qui font les peuples soudés et courageux face à l’adversité. Les Anglais l’ont prouvé, sans collabos, sans femmes tondues, sans communistes, tous unis autour de la famille royale… Ces valeurs ne sont pas l’exclusivité absolue des monarchies, c’est vrai, mais il n’y a pas de monarchie sans ces valeurs-là ! C’est si bon de se sentir fier. Ce sentiment, le ressentons-nous encore, nous Français ? Sans doute pas… et cela nous manque.

Un peuple, une histoire

Car nous avons rompu ce lien millénaire que les Britanniques eux, ont su préserver, qui relie leur passé à leur présent, et qui les rend si conscients d’être ce qu’ils sont. Malgré les drames, malgré les faux pas de certains de ses membres, et le Royaume Uni a eu son compte, la monarchie britannique, comme toute monarchie, c’est une famille, qui rattache en permanence à l’humain, avec ses forces et ses faiblesses, mais loin du politique forcément calculateur, égoïste, réducteur… et temporaire. Plus rien ne nous permet, à nous Français, de vibrer tous ensemble au souvenir de notre grandeur passée, d’afficher une identité commune forgée par le temps. Nous vivons par petits bouts, par fractionnements, par phases inachevées, par soubresauts contraires et désordonnés, il n’y a plus de fil conducteur, de projection collective dans l’avenir, notre horizon est incertain. Il n’y a plus d’âme. Même si la monarchie britannique n’en est plus une, stricto sensu, et si les gouvernements se succèdent comme chez nous, la Reine et la famille royale sont là pour incarner l’immuabilité de l’Identité nationale. Et un peuple ne peut pas craindre pour son identité tant que celle-ci est incarnée. C’est bien là notre manque. Où est l’incarnation de notre identité collective ? Quelle est-elle ? Qui est-elle ? Pas de réponse. Voilà ce qu’apporte la monarchie, incarnée pour tous par la Famille Royale : l’identité et la cohésion d’un peuple tout entier, un avenir qui fait moins peur le temps d’un rendez-vous charnel et vibrant avec l’Histoire, et la perspective toujours heureuse d’enfants à naitre, porteurs d’espoir, que tous s’approprieront et qui traceront un jour à leur tour, le chemin de l’Angleterre éternelle. C’est sans doute ce rêve perdu que nous cherchions au travers des images grandioses et si joyeuses du mariage de Prince William et Catherine Middleton. C’est ce que, personnellement, j’ai ressenti. Honni soit qui mal y pense.

Catherine Blein

2 commentaires pour "Mariage princier : God save the Queen"

  1. AG dit :

    Même si je suis d’accord sur le fond et qu’en plus j’ai une légère tendance monarchiste, je pense qu’il ne faut pas réduire la grandeur ou la bassesse d’une nation à son régime politique. Les anglais ont été les premier à couper la tête de leur roi presque 150 ans avant nous, ils ont finalement réussi à conserver la stabilité de leur Nation avec leur Empire et une monarchie constitutionnelle. En France cela aurait pu être le cas au lendemain de la défaite de Sedan (1870) si l’héritier du trône et les républicains avaient réussi à s’entendre sur le drapeau (tricolore ou blanc), l’histoire est parfois faite de peu de choses. Par ailleurs, la Belgique est une monarchie et elle n’est pas vraiment que je sache gage d’unité et de fierté pour le pays qui n’a plus de gouvernement depuis plus d’un an… Au contraire, il est difficile de trouver Nation plus unie et patriote que les Etats Unis, République dès les origines.
    Tout ça pour dire que la fierté et l’unité d’une Nation ne vient pas uniquement de son régime politique mais surtout de l’éducation et des valeurs qu’on inculque à ses habitants. Tant que des générations entières grâce aux superbes livres d’histoires de notre chère éducation nationale, apprendrons que nous sommes un mauvais peuples car nous avons fait les croisades, la traite négrière, que Louis XIV et Napoléon étaient des horribles tyrans qui n’ont rien fait d’autres que de tuer des milliers de gens et que par dessus le marché nous avons colonisés et saccagés l’Afrique… sans aucune mise en perspective historique, et bien nous aurons un peuple de repentants mécontents et honteux qui se laisseront marcher sur les pieds en disant Amen (plus pour très longtemps d’ailleurs).
    Sinon merci pour ce site, ça change de tout ce qu’on peut lire ailleurs et c’est assez réconfortant de lire des choses sensées! Même si je ne suis pas d’accord sur tout, sinon la vie serait trop belle!
    Longue vie à Belle & Rebelle!!

  2. Catherine BLEIN dit :

    Oui vous avez raison pour la royale tete Anglaise décapitée, qui n’a pas eu les memes conséquences que chez nous. Merci pour ce commentaire, mais à qui avons-nous l’honneur.?? on aimerait vous connaitre..Catherine

Un truc à dire ?