Conversation chez Doc Gynéco

conversation chez doc gyneco

Au troisième mois de grossesse, voici ce que 100% des femmes doivent endurer. Et bientôt, on ne leur demandera même plus leur avis, puisque le dépistage sera automatique.

DocGynéco : je vais vous faire une ordonnance pour le tri-test.

Agnès : non merci je ne souhaite pas faire le tri-test.

DocGynéco : ah bon ? Pourquoi ?

Agnès : pour des raisons personnelles.

DocGynéco : mais vous savez ce que c’est ?

Agnès : oui oui je sais.

DocGynéco (pensant certainement que si je refuse, c’est parce que je suis demeurée et que je n’ai pas bien compris ce que c’est) : c’est une prise de sang qui permet, grâce à des marqueurs sériques, de dépister s’il y a un risque de trisomie chez le fœtus. Il définit une probabilité de risque. Si le risque est plus élevé que 1/250, on propose une amniocentèse qui est remboursée par la sécu.

Agnès : oui oui j’ai bien compris mais je ne souhaite pas le faire.

DocGynéco : mais pourquoi ? C’est une simple prise de sang, c’est sans risque. Et en plus, ça ne veut rien dire, ce n’est qu’une probabilité. Vous pourriez très bien avoir un résultat de 1/1000, ne pas faire d’amniocentèse et avoir un enfant trisomique ou avoir un résultat de 1/1 et avoir un enfant parfaitement normal.

Agnès : oui donc c’est bien ce que je pense, ça ne sert à rien.

DocGynéco : si, ça sert à éviter de faire des amniocentèses inutilement.

Agnès : ah oui d’accord si vous voulez.

DocGynéco (passablement énervée) : très bien mais je vous préviens, je vais vous faire signer une décharge.

Agnès : bien sûr, je comprends très bien. Vous vous couvrez, c’est parfaitement normal.

DocGynéco (elle me lit la décharge, me croyant sûrement illettrée) : franchement je ne comprends pas pourquoi vous ne souhaitez pas le faire…

Agnès (commençant un petit peu à perdre son calme) : tout simplement parce que, comme vous le dites, ce n’est qu’une probabilité et que je n’ai pas envie de stresser pour rien pendant ma grossesse, ce qui doit arriver arrivera. De toute façon, je ne ferais pas d’amniocentèse, je n’ai pas envie de prendre le risque de perdre mon bébé quand on sait qu’une amniocentèse sur cent se termine en fausse-couche. Et de toute façon, même l’amniocentèse n’est pas fiable à 100%.

DocGynéco (abasourdie) : ah oui ? Et alors si vous avez un enfant trisomique, vous vous en occuperez ?

Agnès : oui.

DocGynéco: et le papa est d’accord ?

Agnès : tout à fait, nous en avons discuté avec le papa et il est entièrement d’accord.

Je me pose une question : depuis quand demande-t-on l’avis du papa ? Pas une seule fois au cours de ma grossesse une personne du corps médical n’a demandé l’avis du papa. « La maman souhaite allaiter ? La maman souhaite la péridurale ? La maman souhaite-elle que le papa soit présent à l’accouchement ?» etc etc. Mais là curieusement, c’est presque comme s’il avait fallu qu’il signe la décharge lui aussi. Est-ce que cette gynéco demande à ses patientes si le papa est d’accord lorsque les femmes viennent demander à se faire avorter ? « Et le papa est d’accord pour que vous liquidiez son enfant ? ». Honnêtement, je ne le pense pas. Dans ces cas-là, seule la femme décide : « c’est son corps, son ventre, son enfant, elle en fait ce qu’elle veut ». Mais dans le cas d’un refus de tri-test ou d’amniocentèse, là il faut l’avis du papa.

Agnès Pinson

7 commentaires pour "Conversation chez Doc Gynéco"

  1. AXL dit :

    Courageuse. Je suis totalement d’accord “en théorie” avec vous mais également totalement terrorisé et accablé quand j’imagine avoir un enfant “différent”.

  2. Agnès dit :

    Qui ne le serait pas…

  3. Xavier Merlin dit :

    Article intéressant.

    Ma femme et moi nous sommes trouvés dans une situation analogue pour notre 3em enfant, mais à l’époque pas de tri-test, c’était directement l’amniocentèse. Ma femme s’est retrouvée avec à la main un rendez-vous d’amniocentèse qu’elle ne voulait pas ! ! !
    Comme on est médecin tous les deux, bien que dans des spécialités éloignées de la gynéco, on avait pu calculer en nous procurant des documents que le risque de tuer un enfant normal par l’amniocentèse était supérieur au risque d’avoir un mongolien. On a annulé le rendez-vous = un enfant très doué.

    Je vous pique l’article pour Novopress.info (j’ai l’autorisation de la rédaction). Bien sûr avec mention de la source et lien cliquable vers elle.

    A+

  4. Martin dit :

    Dans ces cas-là, seule la femme décide :« c’est son corps, son ventre, son enfant, elle en fait ce qu’elle veut »….. Je ne serais pas aussi catégorique. Ce n’est pas exclusivement que l’enfant de la mère . Si l’enfant à un père et que ce dernier le reconnait et assume ses responsabilités, alors il a aussi son mot à dire. Il faut donc l’avis du papa.

  5. bobcrane dit :

    Je soutient cet article et j’irais meme plus loin quant a la fin de celui-ci. Bien que j’entende le droit des femmes a disposer de leur corp, j’aimerais que l’on parle aussi du droit des parents a disposer finalement du corp de leur futur enfant. Je n’ai jamais compris en quoi il etait anormal que le pere soit decisionnaire sur l’avortement de son enfant, j’irais meme plus
    Loin, si le pere ne veut pas avorter son enfant et etant entendu qu’on ne peut empecher la mere de le faire, il serait temps d’envisager que le pere puisse etre dedomage.

  6. Héloïse dit :

    Même scène également de mon côté.
    + scène répétée à la naissance quand j’ai refusé qu’on touche à mon bébé et qu’on lui donne toute la série de médicaments et vitamines préconisés. Venue du médecin alors que je venais d’accoucher pour pratiquement me traiter de mauvaise mère et insister pendant plus d’une demie heure en me disant presque mot pour mot que je tuais mon bébé !
    Un conseil, futures maman : renseignez vous bien avant le jour J. Vous verrez tout ce qu’on va faire à votre bébé avant même sa première tétée. Lisez les différents avis à ce sujet, et vous vous rendrez compte que la plupart de ce actes sont inutiles, traumatisants et, pour ce qui est de ce qui lui sera administré, dangereux !!!
    Vous pouvez décider de suivre les conseils du médecin, mais que cela soit un choix éclairé !!! Et n’oubliez pas, VOUS êtes compétentes pour élever votre enfant. Car on vous fera croire tout au long de son enfance, que : le médecin est mieux placé pour sa santé, l’enseignant pour son instruction, (et la télé pour ses loisirs !!!), les pédo-psychiatres pour son éducation.
    Mères, reprenez confiance en vous !!! Reprenez vos DROITS et faites vos propres choix pour VOS enfants.

  7. Arielle dit :

    HELOISE ^^^merci, j’aime ton commentaire….je suis enceinte et je n’était pas au courrant des traitements et vitamines avant la mise au sein. Je cours me renseigner…

Un truc à dire ?