Harangue pour le volontariat

Harangue pour le volontariat

Pourquoi faut-il faire du bénévolat ? Voici le plaidoyer pour un militantisme salutaire par Malena Modrey. Aïe ça pique les yeux.

Société décharnée, quotidiens en déliquescence, existences vides de sens, les épithètes sont nombreuses pour qualifier nos vies trop souvent futiles, dénuées d’intérêt, des vies desséchées de supplément d’âme et qui poussent près de 30 personnes à se suicider chaque jour.

Vies égo-centrées, images distordues, réalités cruelles, c’est enfoncer une porte ouverte que de le dire, mais une vie d’aujourd’hui manque parfois de sens. Ce manque de sens est sans doute à l’image de notre société remplie de vide, remplie d’internet, de site communautaire, de speed-dating, de « pourvu qu’il me rappelle», de « burn-out », (le mot à la mode en ce moment), de « j’adooooore ma life».

Remplir une vie pleine de rien ; personne ne va à l’Église, personne ne visite ses vieux papis mamies qui piquent et qui puent le vieux, personne ne reçoit chez lui, personne ne fait la charité, personne n’accepte d’accueillir son vieux père Alzheimer-qui-fait-caca-sur-lui à la maison, bref, tout le monde vit pour sa gueule, personne ne veut à sa table tonton picole, parce qu’il a le vin triste et qu’est-ce qu’il est sinistre !!!

En bon petit épargnant du temps, en bon petit écureuil remisant soigneusement ces noisettes gouteuses.

Et si on commençait à penser à autre chose qu’à notre petite gueule ? Petite gueule bien fade d’ailleurs (ben ouais, malgré ce que te répète tes copines et que tu répètes à tes copines à longueur de SMS, non tu n’es pas une bombe). Pourquoi ne pas consacrer quelques heures de ta fabuleuse et remplie semaine, ton samedi matin, un soir de la semaine, deux trois jours de vacances de temps en temps, à aider. Arrêter de se prendre pour une princesse un peu. Aider gratuitement, proposer son aide à des gens proches, à des gens moins proches, à ceux qu’on connait, à ceux qu’on ne connait pas encore, à une association de quartier, à une paroisse, à une école maternelle, faire les bigoudis aux vieilles dames des maisons de retraites, faire danser

“Mais c’est complétement glucose !”

Oui, voilà une bonne idée, une idée qui me redonne un peu de bonne humeur: venir en aide à son prochain, sans rien attendre, sans rien demander en retour, se contenter de donner gratos (toi, t’en as eu assez à Noël non mais dites donc !). Voilà, devenir bénévole, une petite idée, mais si chacun s’y met, ça pourra faire un monde un peu moins connecté mais peut être aussi un peu moins con… et puis, n’est-ce point ainsi que l’on recréé du lien social ? En s’ouvrant vers l’extérieur, en regardant un tout petit peu plus loin que le bout de ton piercing nombril ? Pourquoi militer ne serait-il pas une mesure de salubrité publique? Ouais je sais, c’est complétement  glucose comme concept. Et alors ?

Et puis pourquoi faire du bénévolat ? et bien déjà parce qu’il n’y a rien de plus détestable qu’une gonzesse qui prétend trouver un mec super-beau-intelligent-généreux-authentique si elle même est postiche sur son nuage à s’avaler des kilomètres de séries télé, de shopping cathodique ou de bavettes futiles au terrasse des bars lounges.

Ensuite, parce qu’il n’y a rien de plus à gerber qu’une pouffiasse qui ne regarde que son propre nombril mais qui est trop triste que les gens fassent des gosses alors qu’il y en a plein qui crèvent à l’autre bout du monde-donc-moi-j’adopterai-c’est-clair!

Une rebelle, c’est une fille qui a pas peur de se salir les mains, qui joue pas les petites bourgeoises proprettes, ça ne doit pas être qu’une posture accompagné de son badge sur un blouson de surplus militaire!

Malena Modrey

Liens pratiques :

2011 : année européenne du bénévolat et du volontariat
Site Internet de la Fondation du Bénévolat

Site Internet de l’Institut de recherche et d’information sur le volontariat

Le guide des bénévoles édité par le Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports (document pdf)

3 commentaires pour "Harangue pour le volontariat"

  1. ghislene dit :

    Voui …. Voui… il est de plus en plus difficile de faire du volontariat car ceux qui en font on peur d’être chassé de leur place de petit responsable et préfére coopter plutôt que de voir arriver une inconnue.
    Etre une inconnue voilà mon handicap depuis 10 ans dans ma recherche de bénévolat dans mon petit coin.

  2. Luc hebrard dit :

    MERCI MALENA POUR VOTRE ARTICLE . A COEUR VAILLANT RIEN D’IMPOSSIBLE .+

  3. ahlala dit :

    Faire du bénévolat… Quand on fait le tour, ça revient 9/10 fois á aller aider la diversité, “œuvrer pour le vivre ensemble. Moi j’en viens á chercher á changer de carrière parce que bossant dans le social, je n’en peux plus. Moins de vivre et plus d’ensemble…

Un truc à dire ?